Please select your page

Rechercher dans le site


1 articles en relation avec "grande guerre"

Résultats 1 à 1 sur 1

APPEL À COMMUNICATION : Des combattants studieux durant la Grande Guerre : archéologues et historiens de l’art allemands au service du patrimoine Colloque international, Arras, 19-20-21mars 2015

APPEL À COMMUNICATION

EA 4027 Centre de Recherche et d’Études, Histoire et Sociétés (CREHS) Université d’Artois

Des combattants studieux durant la Grande Guerre : archéologues et historiens de l’art allemands au service du patrimoine - Colloque international, Arras, 19-20-21mars 2015

I. Problématique générale

Dès les premiers mois de la Grande Guerre une poignée d’intellectuels allemands et autrichiens a mené sur le terrain une activité de conservation et d’étude du patrimoine dans les territoires occupés de la Belgique, du nord de la France, des pays baltes, de la Pologne et de l’Italie.

Réalisés dans le cadre du Kunstschutz (service de préservations des œuvres d’art) ou à titre individuel, ces travaux ont consisté en des fouilles archéologiques (Johann Baptist Keune, Gerhard Bersu et Wilhelm Unverzagt, etc.), des études muséographiques (Adolf von Feulner, Detlev von Hadeln, Hugo Kehrer, etc), des monographies urbaines et des études architecturales (Paul Clemen avec le Kunstschutz, Christian Rauch, Hermann Burg, Hermann Erhard, Franz Schnabel, Hermann Erhard, Joseph Clauss ), ainsi que des études sur la reconstruction (Bodo Ebhardt, Erdmann Hartwig, etc.).

Ces études partiellement publiées à partir de 1917 eurent un impact considérable sur la connaissance des patrimoines étudiés. Les historiens allemands se sont très tôt intéressés à elles et à leur statut dans le discours allemand officiel sur la Grande Guerre. En revanche l’historiographie française les a le plus souvent ignorées, récusant inconsciemment un regard, même scientifique, de l’ancien ennemi sur son patrimoine. Toutefois, les conditions exceptionnelles de leur élaboration et de leur publication en situation de guerre et d’occupation ne sont que rarement évoquées et encore moins souvent analysées côté allemand. Depuis les années 1990, un regain d’intérêt peut être observé, avec les publications de Christina Kott, Préserver l’art de l’ennemi ? Le patrimoine artistique en Belgique et en France occupées, 1914-1918, 2006 ; Heino Neumayer, Die merowingerzeitlichen Funde aus Frankreich, 2002 ; Julien Trapp, L’archéologie à Metz. Institutions, pratiques et résultats. Des travaux de Keune à l’archéologie préventive (1896-2008), 2012. Au premier semestre 2014, une exposition en deux volets (musée de la Chartreuse à Douai, Forum antique de Bavay) s’est intéressée aux travaux menés sur le patrimoine artistique et archéologique durant la Grande Guerre.