Please select your page

Rechercher dans le site


6 articles en relation avec "colloque"

Résultats 1 à 6 sur 6

colloque Rénover, réutiliser, reconvertir le patrimoine : quels enjeux pour demain ? 15 et 16 septembre

        3e Semaine des Patrimoines d’Île-de-France (15-21 septembre 2014).

Le colloque Rénover, réutiliser, reconvertir le patrimoine : quels enjeux pour demain ?comprend quatre interventions consacrées partiellement ou en totalité au patrimoine industriel (lundi 15 matin, et mardi 16 après-midi : voir le programme ci-joint).

-         Les traditionnellesvisites de site et ballades urbaines nous feront découvrir :

o  La reconversion du patrimoine industriel à La Courneuve (à l’invitation de l’unité patrimoine et arts visuels de la Ville de La Courneuve et du secteur aménagement de la communauté d’agglomération Plaine-Commune).On découvrira l’usine Mécano, reconvertie en médiathèque intercommunale et pôle administratif, la boyauderie Babolat reconvertie en logements. Devant l’usine Babcock & Wicox et les aciéries Champagnoles, les acteurs du territoire présenteront les pistes et projet de reconversions et d’aménagement. Visite assurée par Jean-Michel Roy (unité patrimoine et arts visuels de la Ville de La Courneuve), Hélène Faucher (secteur aménagement de la communauté d’agglomération Plaine-Commune) et les architectes des sites Mecano (Flint) et Babolat (C&D Carril).

(Mercredi 17 septembre, 10h00-12h30)

o  La Briqueterie, à Vitry-sur-Seine, reconvertie enCentre de développement chorégraphique.

(Mercredi 17 septembre, 15h00-17h00)

 

Colloque : la diffusion de la fonte d'art française dans le monde

0 efd1_df848fe5_orig

J-25 pour le colloque de Saint-Dizier : la fonte d'art française les chemins de la diffusion. Les participants au WE du Cilac en Haute-Marne et en Meuse se souviennent de leur découverte de Dommartin-le-Franc et d'Ecurey. 

 Le site web dédié à ce colloque : www.fontesdart2024.net présente les modalités d'inscription au colloque ainsi que les résumés des communications d'origine variée.

Les deux jours du colloque (25 et 26 septembre) permettent également une visite de la société GHM à Sommevoire avec à la clé une découverte des ateliers de la fonderie (et coulée).

(notre illustration : fonte d'art française à Moscou)

 

APPEL À COMMUNICATION : Des combattants studieux durant la Grande Guerre : archéologues et historiens de l’art allemands au service du patrimoine Colloque international, Arras, 19-20-21mars 2015

APPEL À COMMUNICATION

EA 4027 Centre de Recherche et d’Études, Histoire et Sociétés (CREHS) Université d’Artois

Des combattants studieux durant la Grande Guerre : archéologues et historiens de l’art allemands au service du patrimoine - Colloque international, Arras, 19-20-21mars 2015

I. Problématique générale

Dès les premiers mois de la Grande Guerre une poignée d’intellectuels allemands et autrichiens a mené sur le terrain une activité de conservation et d’étude du patrimoine dans les territoires occupés de la Belgique, du nord de la France, des pays baltes, de la Pologne et de l’Italie.

Réalisés dans le cadre du Kunstschutz (service de préservations des œuvres d’art) ou à titre individuel, ces travaux ont consisté en des fouilles archéologiques (Johann Baptist Keune, Gerhard Bersu et Wilhelm Unverzagt, etc.), des études muséographiques (Adolf von Feulner, Detlev von Hadeln, Hugo Kehrer, etc), des monographies urbaines et des études architecturales (Paul Clemen avec le Kunstschutz, Christian Rauch, Hermann Burg, Hermann Erhard, Franz Schnabel, Hermann Erhard, Joseph Clauss ), ainsi que des études sur la reconstruction (Bodo Ebhardt, Erdmann Hartwig, etc.).

Ces études partiellement publiées à partir de 1917 eurent un impact considérable sur la connaissance des patrimoines étudiés. Les historiens allemands se sont très tôt intéressés à elles et à leur statut dans le discours allemand officiel sur la Grande Guerre. En revanche l’historiographie française les a le plus souvent ignorées, récusant inconsciemment un regard, même scientifique, de l’ancien ennemi sur son patrimoine. Toutefois, les conditions exceptionnelles de leur élaboration et de leur publication en situation de guerre et d’occupation ne sont que rarement évoquées et encore moins souvent analysées côté allemand. Depuis les années 1990, un regain d’intérêt peut être observé, avec les publications de Christina Kott, Préserver l’art de l’ennemi ? Le patrimoine artistique en Belgique et en France occupées, 1914-1918, 2006 ; Heino Neumayer, Die merowingerzeitlichen Funde aus Frankreich, 2002 ; Julien Trapp, L’archéologie à Metz. Institutions, pratiques et résultats. Des travaux de Keune à l’archéologie préventive (1896-2008), 2012. Au premier semestre 2014, une exposition en deux volets (musée de la Chartreuse à Douai, Forum antique de Bavay) s’est intéressée aux travaux menés sur le patrimoine artistique et archéologique durant la Grande Guerre.

Colloque = Que garder du patrimoine de l'industrie lourde du XXe siècle

Colloque du 6 juin 2014 - Que garder du patrimoine de l'industrie lourde du XXe siècle - PIWB-IPW

http://patrimoineindustriel.be/Newsletters/display/123/

Pour l'inscription en ligne: patrimoineindustriel@idpw.be en mentionnant toutes vos coordonnées.ecran 2014-04-17 à 16.38.23

invit-der-02

invit-der-03

invit-der-04a

invit-der-06


 

 

 

Métal à ciel ouvert : appel à communication

Pour le 28 février : appel à communication sur le métal en extérieur et à ciel ouvert... Colloque de décembre 2014

ecran 2014-02-06_à_09.36.07cliquez sur la vignette.

Document complet à télécharger ici : pdf050439_SOUMISSION-SUBMIT_aremplir.pdf

 

Appel à communications : Colloque : les métiers du patrimoine

Appel à communications : Colloque

Les Métiers du patrimoine en France : Identités, formations, interrelations professionnelles au service du patrimoine XIXe-XXIe siècles

12-14 mai 2014 - Colloque organisé par : 

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. EA 1571 Centre de recherches historiques : Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés
Archives nationales
IDEFI CréaTIC
Médiadix (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Ministère de la Culture. DGP (département de la recherche)

En faisant du patrimoine en France un champ d’intervention politique, la Révolution française fut aussi la matrice d’une nouvelle identité professionnelle. Le 25 Nivôse an II (14 janvier 1794), la Commission temporaire des arts et la Commission d’instruction publique édictèrent des « Instructions sur la manière d’inventorier et de conserver, dans toute l’étendue de la République, tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l’enseignement ». Ce texte est considéré comme l’acte de naissance du professionnel du patrimoine, intermédiaire entre l’artiste et le gestionnaire , dont les compétences spécifiques sont mises au service du patrimoine. Pourtant, dès la Révolution française, ces compétences sont également revendiquées, voire contestées, par d’autres acteurs (politiques, artistes, érudits, …). 
La littérature scientifique sur les identités professionnelles dans le monde du patrimoine est pauvre . La littérature professionnelle est en revanche plus riche mais aussi plus éclatée entre les différents secteurs (archives, archéologie, monuments historiques, bibliothèques, musées, ethnologie), même si nous y trouvons des réflexions communes : par exemple sur l’informatique et le numérique , la question de l’accueil des publics et de la médiation en général ou les liens entre patrimoine et recherche .