Please select your page

Rechercher dans le site


Colloque de Belfort 2011 : résumés et abstracts

Alexandre CHEMETOFF et Jean-Louis KEROUANTON

Patrimoines de l’Île de Nantes, visite commentée du 2 juillet au 21 septembre 2011

L’île de Nantes fait l’objet depuis plus de 10 ans d’une opération d’urbanisme saluée aux plans national et international. Depuis le milieu du XIXe siècle sur sa partie ouest, c’est tout un ensemble d’industries qui s’est développé pendant près de 150 ans et qui laisse aujourd’hui de grands témoignages monumentaux. S’il y reste encore aujourd’hui une activité industrielle marginale, ce sont également les friches des usines anciennes qui se sont trouvées au cœur des préoccupations des aménageurs et des architectes.

Nous proposons ici un retour commun sur les lieux, une lecture à deux voix, celle de l’urbaniste chargé de la maîtrise d’œuvre du projet d’ensemble pendant 10 ans, celle d’un historien défenseur du patrimoine industriel, autour de la mémoire, de l’usage et de l’état des lieux. Témoignage, construit aujourd’hui grâce à une alternance de séquences, huit stations que nous avons faites sur l’île le 2 juillet 2011. Lecture rétrospective des actions, des discussions et des échanges sur un espace vécu et travaillé, sur cette question de la création et du projet, à partir justement de la lecture rétrospective de sa construction même : épaisseur du temps, des constructions et des espaces industriels, avancée réflexive du site au programme et du programme au site. Nous discuterons donc du temps, qui introduit dans la vision des choses une transformation de la représentation, qui peut déplacer les codes.

Pour l’un et pour l’autre, puisqu’il s’agit de patrimoine, d’architecture et d’espace contemporain, de la ville en entier, nous évoquerons cette façon de s’engager qui a permis, par exemple, à certains fours de revenir de loin, à certaine grue d’être protégée, sans ignorer les échecs et les manques, de parler donc aussi de ce qu’on fait ou pas de la disparition. Bref, évoquer de manière plus générale tout ce qui fait patrimoine.

Heritage on the Île de Nantes, a guided tour on 2 July and 21 September 2011

Over the past ten years, the neighbourhood of the city of Nantes known as the île de Nantes, the Nantes island, has been the object of an operation of urban redevelopment which has been acclaimed both in France and abroad. The western part of this neighbourhood accommodated industrial activities from the middle of the nineteenth century, bequeathing it today with a certain number of industrial monuments. Although there is still some residual industrial activity, the main concern for planners and architects was what to do with the abandoned industrial sites. In this piece we would like to propose a sort of guided tour of the island, with a dual commentary, the first given by the planner responsible for the overall urban project over the last ten years, the second coming from a historian and friend of the industrial heritage, concerned by questions of memory, but also by the present-day conditions of the place and its present-day uses. This imaginary visit with its alternating comments and its eight sequences is inspired by a real visit and by the photographs we took on 2 July 2011. Based on the history of how the project came into existence, this approach allows for a retrospective analysis of the different actions undertaken, and for discussions about the way the place was occupied, about how people worked there and about the role of creation in the contemporary project. We are looking here at different layers of time which can change representations and shift codes in our ways of seeing. Since we are talking about heritage, architecture and contemporary space in the city as a whole, we also address our own engagement which allowed, for example, for certain industrial kilns to be saved, for a dockside crane to be preserved. We do not disguise the failures and the setbacks and we are also concerned by the question of what to do (or what not to do) about sites which have disappeared. In a word, we are looking more generally at what makes for shared heritage.