Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

Usine Tréfimétaux – Couëron

Détails:

  • Rue: Quai Emile Paraf
  • Code Postal: 44220
  • Ville: Couëron
  • Département: 44 - Loire-Atlantique
  • Région: Pays de la Loire
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Fonderie
  • Date d'origine: 1860
  • Utilisation actuelle 1: Centre culturel
  • Utilisation actuelle 2: Bureaux
  • Date de reconversion: 2008
  • Surface: 3 000 m²
  • Porteur du projet de reconversion: Ville de Couëron
  • Coût de la reconversion: 2,3 millions d'euros HT (médiathèque)
  • Protection: Classé MH le 11 février 1993 (tour à plomb)
  • Code INSEE: 44047

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

En 1860, l’importation de plomb étranger est taxée. Le minerai est donc traité directement en France. De nombreuses usines voient le jour à cette époque dont les fonderies de Couëron. La fonderie fusionne en 1879 avec la société Pongibaud. À la fin du XIXème siècle, les fonderies « Pongibaud » de Couëron prennent un véritable essor. Grâce à leur accessibilité aux navires de forts tonnages, elles s’imposent comme le plus gros producteur français de plomb et connaissent une époque glorieuse, de 1909 à 1924, sous la direction d’Emile Paraf. Au début des années 1930, l’usine concentre 80 % de la production du pays. En 1932, l’usine n’emploie pas moins de 1 200 ouvriers et livre 24 000 tonnes de produits en plomb et 10 000 tonnes de produits en cuivre et laiton. Après un arrêt de l’activité, en 1940, faute d’approvisionnement en minerai, la reconstruction d’après-guerre permet à Pongibaud de relancer sa production. Le début des années 1950 marque son apogée. L’usine couvre alors 15 ha dont 40 000 m² de bâtiments le long de la Loire. En 1955, le vieillissement de l’outillage et la concurrence étrangère entraînent son intégration à la Compagnie Française des Métaux. La tour à plomb cesse son activité en 1958. En 1964, la CFM fusionne avec les Tréfileries et Laminoirs du Havre pour donner naissance à la société Tréfimétaux. À partir de 1975, l’activité de l’usine ne cessera de décliner jusqu’à sa fermeture définitive en 1988.

Notice Mérimée

PA00108596

Commentaires

Une association d'ex-salariés a été créée en 1988 suite à la fermeture de l'usine et s'attache à conserver et transmettre la mémoire du lieu et des personnes qui y ont travaillé.

Sources et documentation

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mersri_fr

Revue Coueron Magazine, mai-juin 2007, p. 9-12

Description:

L’usine a été reconvertie en pôle culturel et associatif et a ouvert ses portes en 2008. Les caractéristiques architecturales et patrimoniales du bâtiment ont été conservées laissant dans les mémoires des visiteurs les traces du passé industriel de Couëron. La réalisation de cet équipement, d’une superficie d’environ 3000 m², comprend de nombreuses salles de réunions et lieux de stockages réservés aux associations. Un espace public d’exposition, la Cour carrée, et un café-concert font également de ce nouveau point de rencontre couëronnais un lieu central. En 2010, l’installation d’une médiathèque dans la grande halle a finalisé cette reconversion industrielle qui s’inscrit dans la continuité de l’aménagement des bords de Loire.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

704 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Usine Emile Despas – Bogny-sur-Meuse

Le Musée de la Métallurgie s'implante en 1988 dans l'un des anciens ateliers de la Manufacture. Les espaces rouvrent leurs portes en 2009 en tant que Centre Cul...

13 juin 2012

695 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Fonderie Courtot, puis fonderie de la Cie nationale des Radiateurs – ...

Les bâtiments sont alors démolis sauf l'atelier de fonderie de la CNR, transformé en gymnase en 1986. Le restant du site est tenu de 1936 à 1963 par l'Union mét...

13 juin 2012

719 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Café multimédia – Paris

Transformation en café multimédia par Kirsten Siepmann en 1996 pour un maître d'ouvrage privé. Poteaux, poutres, surfaces vierges et de la lumière naturelle : l...

13 juin 2012

823 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.