Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

SEITA/La Documentation française – Aubervilliers

Détails:

  • Rue: 124 rue Henri-Barbusse
  • Code Postal: 93300
  • Ville: Aubervilliers
  • Département: 93 - Seine-Saint-Denis
  • Région: Ile-de-France
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Usine d'allumettes
  • Date d'origine: 1867
  • Utilisation actuelle 1: Bureaux
  • Date de reconversion: 1967 - 1990
  • Surface: 3 650 m²
  • Personnes et institutions associées au passé industriel: Dame Lequin-Delabarre (industriel) ; Guerquin (ingénieur)
  • Porteur du projet de reconversion: Service du Premier Ministre
  • Coût de la reconversion: 3,67 millions d'euros HT (1990)
  • Protection: Inscrit MH le 7 avril 2005
  • Code INSEE: 93001

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

Le site était depuis 1867 une manufacture d'allumettes chimiques dont l'invention datait des années 1930. L'État se réserva le monopole de leur fabrication en 1890 et Aubervilliers deviendra une des six manufactures nationales gérées par la Direction générale des Manufactures de l'État. L'usine a fermé ses portes en 1962. Ainsi, l'année 1867 est marquée par l'implantation, au 124 rue du Vivier, d'une fabrique d'allumettes chimiques. La propriétaire est une femme, Dame Lequin-Delabarre, comme le précise l'avis d'affichage de la demande d'installation. Venue de Paris, elle mène l'entreprise avec énergie, s'associant rapidement avec la première manufacture d'allumettes implantée cinq ans plus tôt et appartenant aux Frères Rimailho. Une troisième fabrique d'allumettes leur sera adjointe, bâtie à proximité vers 1880, l'usine Sainte-Marguerite. Les trois manufactures formeront ainsi le bloc allumettier Pantin-Aubervilliers. Au cours de son histoire, le ''trio'' va connaître une activité particulièrement importante dans l'ensemble du monopole des allumettes devenu monopole d'État depuis la loi du 2 août 1872.

Notice Mérimée

PA93000019

Description:

En 1967, la Documentation française a installé ses services techniques et logistiques dans les constructions anciennes qui s’étendent à l’arrière du terrain et forment de beaux alignements de murs et briques polychromes. Dans les années 1990, elle a décidé de se renforcer et de moderniser le site. À cette fin, elle a demandé aux architectes François Leclerc et Fabrice Dusapin de construire de nouveaux locaux qui symbolisent leurs activités, toujours en phase avec les technologies contemporaines, tout en respectant la mémoire des lieux. Ils ont répondu par deux bâtiments, sobres et transparents, dotés de beaux matériaux : verre, métal, bois et ardoise. Leur implantation reprend celle de l’existant, perpendiculaire à la rue, laissant ainsi le site ouvert sur la ville. Bâtis de part et d’autre d’un jardin, ils sont reliés par un édifice de verre dévoilant les circulations verticales et horizontales permettant d’apercevoir l’ancienne manufacture et sa cheminée en brique.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

769 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Usine de construction mécanique – Reims

Ce site sert de salle de concert depuis une dizaine d'années.

13 juin 2012

729 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Usine de produits chimiques des Carbonates Français – Les Angles

L'usine connaît une réhabilitation entre 1988 à 1990 et devient alors un immeuble résidentiel. Les façades de l'ancien bâtiment ont été conservées. La cheminée ...

13 juin 2012

641 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Laboratoires pharmaceutiques Ciba – Lyon

Les bâtiments ont été inutilisés pendant dix ans. Pour leur vente, ils ont été divisés en trois lots. Le lot central (les anciens bureaux et laboratoires) a été...

13 juin 2012

790 vues au total, 2 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.