Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

Manufacture Bernardaud et Cie – Limoges

Détails:

  • Rue: 27 avenue Albert-Thomas
  • Code Postal: 87000
  • Ville: Limoges
  • Département: 87 - Haute-Vienne
  • Région: Limousin
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Usine de porcelaine
  • Date d'origine: 1863
  • Utilisation actuelle 1: Musée
  • Utilisation actuelle 2: Ensemble commercial
  • Date de reconversion: 1998
  • Personnes et institutions associées au passé industriel: Coussy Henri ; Jean Georges ; Guinot Pierre ; Masmonteil Yves (architectes) ; Bourdie Georges (ingénieur)
  • Porteur du projet de reconversion: Michel Bernardaud
  • Protection: Édifice non protégé
  • Code INSEE: 87085

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

En 1863, Pierre Guerry, exploitant de la fabrique de porcelaine de Solignac (87), édifie cette nouvelle usine de porcelaine, ainsi qu'un logement patronal. Son beau-frère, Rémi Delinières, qui l'a remplacé à Solignac, le rejoint en 1869 pour former la société Pierre Guerry et Rémi Delinières. L'usine connaît une première extension en 1868. À la mort de Guerry en 1878, son gendre Pierre Malaud rejoint Delinières (Rémi Delinières et Cie). Des écuries, de nouveaux ateliers de décoration et magasins industriels sont édifiés en 1879 et 1889. Léonard Bernardaud, collaborateur de Delinières et associé depuis 1895, devient gérant de la société en commandite Léonard Bernardaud et Cie en 1900. De nouveaux ateliers de décoration sont construits en 1906, tandis que Jacques Bernardaud ouvre en 1911 un bureau de commerce à New-York. À la mort de L. Bernardaud en 1923, quatre ans après l'acquisition de l'usine, succèdent à la direction ses deux fils Michel et Jacques. Ce dernier reste seul à la mort de son frère en 1949, puis remplacé à la direction, à son décès, par son neveu Pierre Bernardaud en 1962. De nouveaux ateliers sont construits en 1964 par l'architecte limougeaud Henri Coussy, et en 1976 par les architectes Georges Jean, Pierre Guinot, Yves Masmonteil et l'ingénieur Georges Bourdie. L'entreprise poursuit son développement par l'acquisition de Vignaud Brothers (rue du Chinchauvaud à Limoges) et la construction en 1979 d'une nouvelle unité de production à Oradour-sur-Glane (87). L'extension de ce site en 1991 marque la fin de la fabrication proprement dite sur le site de Limoges, où seuls les ateliers de décoration restent actifs.

Notice Mérimée

IA87000210

Commentaires

Démarche personnelle et rare de la part des dirigeants d'une entreprise familiale, la valorisation de son patrimoine par la famille Bernardaud fait également fonction d'opération de communication autour du savoir-faire d'un grand nom du luxe français.

Sources et documentation

Revue L'Archéologie Industrielle en France, Les cheminées métalliques, n° 43, décembre 2003, p. 31-35

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr

http://www.bernardaud.fr/index.php?id=fr23

Description:

À partir de la fin des années 1990, l’entreprise a reconverti une partie des anciens ateliers. Les ateliers accueillent aujourd’hui un musée, un salon de thé et un magasin de vente. Le projet avait pour intention de faire de l’usine un lieu de mémoire industrielle de la ville, pendant du musée Adrien Dubouché, qui en constitue la mémoire artistique. Au-delà de cette fonction de transmission d’un patrimoine culturel, la maison Bernardaud a également souhaité transformer le site de la manufacture en lieu d’innovation, en y associant une structure d’accueil ouverte aux artistes. Le siège social a été maintenu sur le site avec quelques ateliers. C’est donc sur un site actif qu’a pris place la réalisation du circuit de visite de la manufacture. L’aménagement du  »circuit de visite » a été confié à Yves Talon : il a commencé par la destruction des édifices annexes qui avaient progressivment envahi et parasité les bâtiments initiaux, dans le but de reconstituer les volumes historiques de l’ensemble, tels qu’ils apparaissent sur une plaque de porcelaine gravée en 1889. La pureté des lignes originelles ayant été retrouvée, la réhabilitation de la cour intérieure a pu être entreprise. Les infrastructures périphériques et le circuit de visite ont été conçus dans un souci d’harmonie avec le site industriel et de préservation d’un esprit de prestige.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

641 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Moulin de la Sée – Brouains

Le moulin est racheté par le district de la Sée en 1989 pour devenir l'Écomusée du moulin de la Sée, maison de l'eau et de la rivière. L'Écomusée propose de déc...

13 juin 2012

720 vues au total, 1 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Filature de coton Motte et Blanchot – Roubaix

Propriété de la société d'économie mixte ''Ville renouvelée'', l'usine a été transformée depuis l'année 2007 en hôtel de musique, une ruche de 200 locaux de rép...

13 juin 2012

868 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Usine Chapal Frères et Cie – Montreuil

Une partie a été démolie et l'autre, après avoir servi d'entrepôt pour une banque, a été réhabilitée en 1988. C'est désormais le Cap Kleber (Centre d'activités ...

13 juin 2012

665 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.