Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

Les nefs Dubigeon – Nantes

Détails:

  • Rue: 2bis boulevard Léon Bureau
  • Code Postal: 44000
  • Ville: Nantes
  • Département: 44 - Loire-Atlantique
  • Région: Pays de la Loire
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Halle industrielle
  • Date d'origine: 1910
  • Utilisation actuelle 1: Centre culturel
  • Utilisation actuelle 2: Espace commercial
  • Utilisation actuelle 3: Bureaux
  • Date de reconversion: 2007
  • Surface: 4 500 m²
  • Personnes et institutions associées au passé industriel: Dubigeon (industriel)
  • Porteur du projet de reconversion: SAMOA (la Société d’Aménagement de la Métropole Ouest-Atlantique)
  • Coût de la reconversion: 11,5 millions d'euros HT
  • Protection: Édifice non protégé
  • Code INSEE: 44109

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

La construction navale s'est développée précocement à Nantes. Sa situation en fond d'estuaire favorise en effet le commerce et les activités portuaires qui elles-mêmes stimulent la construction de navires. Les chantiers fleurissent sur la rive nord de la Loire, notamment au XVIIIème siècle alors que la ville connaît son expansion économique grâce à la traite négrière. Mais les chantiers, s'implantant de plus en plus vers l'aval, migrent vers Chantenay et privent Nantes des revenus de l'octroi municipal. En 1835, décision est donc prise de lotir la prairie de la Madeleine et la prairie aux Ducs, afin d'y installer la construction navale. C'est sur ce site qu'un constructeur nantais bien connu, Dubigeon, migre et installe son industrie en 1910. Au XXème siècle, Nantes vit au rythme de ses chantiers, l'île devenant progressivement la principale zone industrielle. En 1950, l'activité bat son plein, la reconstruction est une période faste: l'État passe de nombreuses commandes pour rétablir sa flotte. Mais l'activité nantaise ne va pas supporter la crise économique des années 1970 et surtout la concurrence accrue du Japon. En 1987, le Bougainville sort des chantiers navals nantais. Ce sera le dernier navire construit à Nantes. Les nefs Dubigeon abritaient la grosse chaudronnerie des anciens Ateliers de la Loire.

Commentaires

L'atelier et la galerie des machines sont le premier programme à s'implanter sur les lieux. L'éléphant, tout droit sorti de l'imaginaire de François Delarozière (Royal de Luxe) et de Pierre Oréfice, s'est installé dans la nef Est. Premier d'un bestiaire mécanique digne des romans de Jules Verne, il symbolise le renouveau des nefs, la reconversion de friches industrielles par l'art.

Description:

Les élus et les porteurs du projet de reconversion du site ne semblent pas percevoir tout de suite l’intérêt patrimonial de cette architecture de fer et d’acier, caractéristique du début du XXème siècle. Mais progressivement, à force de concertation, les nefs vont trouver leur place dans le grand projet de l’Île de Nantes. Inventer demain, sans faire table rase du passé industriel: telle est la mission de l’architecte Alexandre Chemetoff, dont le projet a été retenu en 1999. Alexandre Chemetoff veut faire des anciennes nefs Dubigeon un espace public, ouvert aux projets et aux initiatives. Elles constituent un ensemble de 180 mètres de long, de 60 mètres de large et de 26 mètres de long. L’objectif principal des travaux de réhabilitation a été de mettre en valeur et de tirer profit de ces grands volumes. La structure a donc été mise à nu, nettoyée et restaurée. Les travaux ont été confiés à Patrick Bouchain et Nicole Concordet, qui ont déjà fait leurs preuves dans la reconversion de l’usine LU en un centre culturel. De part et d’autre de ces rues et autour des nefs de nouveaux programmes, pérennes ou temporaires, s’implanteront. Le projet est porté par la SAMOA composée et ses actionnaires, aux côtés de Nantes Métropole et de la ville de Nantes, sont les principales collectivités territoriales (Conseil général de Loire- Atlantique et Communauté d’agglomération de la région nazairienne et de l’estuaire), les C.C.I de Nantes-Saint Nazaire, la caisse des dépôts et consignations et six banques.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

679 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Articles de la revue du Cilac

Dieppe : menaces sur le pont Colbert

24 mars 2014

1159 vues au total, 2 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Soufflerie – Bois-Colombes

Principal propriétaire foncier, l'assureur AXA décide alors de démolir l'usine (en 2001) afin de réaliser un programme mixte d'activités et de logements dans le...

13 juin 2012

767 vues au total, 1 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Usine de construction aéronautique Bloch – Déols

Les principaux bâtiments, inscrits à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1991, constituent aujourd'hui la zone industrielle aéroportuaire. ...

13 juin 2012

620 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.