Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

Les Greniers d’Abondance – Lyon

Détails:

  • Rue: 6 quai Saint-Vincent
  • Code Postal: 69001
  • Ville: Lyon
  • Département: 69 - Rhône
  • Région: Rhône-Alpes
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Entrepôts
  • Date d'origine: 1722
  • Utilisation actuelle 1: Bureaux
  • Utilisation actuelle 2: École d'art
  • Date de reconversion: 1993
  • Surface: 9 000 m²
  • Personnes et institutions associées au passé industriel: Claude Bertaud de la Vaure (maître d'œuvre)
  • Porteur du projet de reconversion: Ministère de la Culture
  • Coût de la reconversion: 65 MF, valeur mai 1990
  • Protection: Classé MH le 30 juin 1990
  • Code INSEE: 69381

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

Situé au nord-ouest de la ville de Lyon, sur la rive gauche de la Saône, le grenier d'abondance a été construit entre 1722 et 1728 par l'architecte Claude Bertaud de la Vaure pour conserver le blé nécessaire à l'alimentation annuelle des quelque 120 000 lyonnais de l'époque. En théorie, sa capacité totale dépassait 16 000 tonnes. Avant la construction du grenier public, les grains étaient entreposés dans des locaux de fortune loués à grand frais. Puis en 1720, la nécessité d'engranger 82 000 hl de blé incite à la construction d'un nouveau bâtiment : le grenier d'abondance. Ce bâtiment s'inspire des premières façades de Bellecour construites par le même architecte, sur des plans de R. de Cotte, on retrouve le même rythme des travées et la même mise en valeur du centre par un fronton orné d'un cartouche aux armes royales et cornes d'abondance qui versent des fruits et des épis de blé. Les premiers niveaux sont voûtés. L'édifice présente une architecture tout à fait exceptionnelle : trois niveaux superposés, trois files de voûtes d'arête retombant sur deux séries de piliers de pierre et deux rangées de pilastres engagés dans les revers des façades. Au centre de ce bâtiment rectangulaire aux dimensions imposantes (130 m de long, 18 m de large), un avant-corps saillant, pourvu d'un fronton triangulaire sobrement décoré, introduit à un grand escalier à quatre noyaux donnant accès aux étages.

Notice Mérimée

PA00117876

Sources et documentation

ROUILLARD Dominique, Architectures contemporaines et monuments historiques, guide des réalisations en France depuis 1980, Paris, Le Moniteur, 2006, p. 324

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mersri_fr

Description:

Le concours pour sa conversion est lancé en 1987 avec un programme de bureaux pour la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) couplés avec les studios du Conservatoire national de danse. L’édifice est composé de trois immenses salles qui occupent chacune tout un étage, portées simplement par trois files de voûtes d’arrêtes de 125 mètres de long. Les volumes ont été nettoyés. Il restait à organiser les espaces dont la hauteur de 4,80 mètres était trop importante pour les bureaux mais trop faible pour les studios de danse. Une fois les services rejetés à l’extérieur, entre le bâtiment et la falaise, c’est un système d’emboîtement qui a été mis en place. Le Conservatoire, placé au troisième étage, trouve dans les combles la hauteur supplémentaire nécessaire, invisible en façade. La DRAC est installée aux deux niveaux inférieurs, permettant la correspondance avec les fenêtres existantes.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

696 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Hangar – Paris

Le hangar a été transformé en logement individuel. En démolissant une travée intermédiaire et en lui substituant un jardin, la hangar est devenu une maison cent...

13 juin 2012

838 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Hangar – Paris

Transformation d'un hangar en centre d'hébergement et de soins pour toxicomanes en 1994 par les architectes Jade et Sami Tabet. L'argent manquant pour entrepren...

13 juin 2012

752 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

FRAC de Haute-Normandie – Sotteville-lès-Rouen

Avec la création de « Gare à la fête » en 1990 et de « Viva Cité » en 1991, tous deux festivals des arts de la rue, la ville de Sotteville-lès-Rouen, accompagné...

13 juin 2012

724 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.