Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

Les Grands Moulins de Paris – Paris

Détails:

  • Rue: 5 rue Thomas Mann
  • Code Postal: 75013
  • Ville: Paris
  • Département: 75 - Paris
  • Région: Ile-de-France
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Minoterie
  • Date d'origine: 1917
  • Utilisation actuelle 1: Université
  • Date de reconversion: 2007
  • Surface: 40 000 m²
  • Personnes et institutions associées au passé industriel: Georges Wybo (architecte)
  • Porteur du projet de reconversion: Ville de Paris ; ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Coût de la reconversion: 43 millions d'euros
  • Protection: Édifice non protégé
  • Code INSEE: 75113

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

Cette très grande minoterie, construite de 1917 à 1921 par l'architecte Georges Wybo a cessé toute activité en 1996. Après presque quatre-vingts ans de présence, les activités ont été transférées à Gennevilliers et à Verneuil, mettant fin à la dernière grande entreprise industrielle du quartier. Les travaux de démolition sont allés très vite et il ne reste sur le site que les bâtiments du moulin proprement dit et l'un des magasins. Les Grands Moulins naquirent en 1917 à l'initiative de trois meuniers parisiens désireux de résoudre les problèmes d'approvisionnement dus à la guerre. Mais celle-ci freina la réalisation de leur projet, qui ne vit le jour qu'en 1919. Entre-temps, leur société avait été rachetée par les Grands Moulins de Paris, une société anonyme à participation ouvrière, dont l'un des recteurs était Marcel Vilgrain, membre d'une dynastie de meuniers nacéiens. Le moulin présente des façades en pierre de taille, surmontées de trois étages de combles couverts en ardoise et percés de lucarnes, qui sont particulièrement imposantes et qui n'ont rien de la physionomie d'un bâtiment industriel.

Sources et documentation

Revue L'Archéologie Industrielle en France, n°49, décembre 2006, p. 70

LABORDE Marie-Fançoise, Architecture industrielle, Paris & alentours, Paris, Parigramme, 2003, p. 50-51

Description:

La minoterie a été conservée afin d’accueillir l’université Paris VII-Denis-Diderot qui a accueilli ses premiers étudiants en 2007. L’architecte responsable de cette reconversion est Rudy Riccioti. Le bâtiment principal, d’environ 40 000 m², comprend une bibliothèque, des salles de cours, des bureaux administratifs et un restaurant universitaire. Le budget s’est élevé à 43 millions d’euros. À proximité directe, l’ancienne halle aux farines, construite en 1950 par l’architecte Denis Honneger accueille une autre bibliothèque, des salles de cours et un autre restaurant.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

708 vues au total, 2 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Abattoirs – Toulouse

C'est sur un territoire stratégique de plusieurs hectares en centre-ville que se situent ces anciens abattoirs que la municipalité a décidé de réutiliser pour d...

13 juin 2012

877 vues au total, 2 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Laiterie industrielle – Courçon

Après la cessation d'activité en 1965, les bâtiments ont été transformés en logements et la cheminée détruite vers 1971.

13 juin 2012

844 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Conserverie dite sécherie Sauveroche – Bègles

À proximité de la mairie, Sauveroche est devenue le site symbolique du patrimoine industriel local après la destruction de quasiment toutes les autres sécheries...

13 juin 2012

745 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.