Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

FRAC de Haute-Normandie – Sotteville-lès-Rouen

Détails:

  • Rue: 3 place des martyrs de la Résistance
  • Code Postal: 76300
  • Ville: Sotteville-Lès-Rouen
  • Département: 76 - Seine-Maritime
  • Région: Haute-Normandie
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Dépôt des tramways
  • Date d'origine: 1896
  • Utilisation actuelle 1: Bureaux
  • Utilisation actuelle 2: Lieu d'exposition
  • Date de reconversion: 1996
  • Surface: 600 m²
  • Personnes et institutions associées au passé industriel: P. Chirol (architecte) ; G. Lanfry (entrepreneur)
  • Porteur du projet de reconversion: Conseil régional de Haute-Normandie ; Ville de Rouen
  • Protection: Édifice non protégé
  • Code INSEE: 76681

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

La Compagnie des tramways de Rouen, installée 25 boulevard des Belges à Rouen, fait construire à Sotteville en 1896, date de l'électrification du réseau, un dépôt pour l'entretien et la réparation des machines. En janvier 1922, la compagnie reçoit l'autorisation préfectorale rétroactive d'exploiter la menuiserie et l'atelier de forgeage des métaux et alliages. Ces ateliers sont exclusivement destinés à la réparation du matériel et les machines sont mises en mouvement par des moteurs électriques. La Compagnie fait construire à cette même date un nouvel atelier de réparation et magasin. La surface totale du dépôt s'élève à 10 103 m² dont 5 000 m² bâtis. Le dépôt a fermer en 1953, date à laquelle les tramways cessèrent de fonctionner à Rouen. Le dépôt des tramways de Rouen comprends trois ateliers de réparation, dont une menuiserie construite en brique avec un étage de comble essenté couvert de tuiles mécaniques, un atelier formé d'une série de six halls à charpente métallique construits en rez-de-chaussée et un atelier et magasin industriel construit sur un étage carré en béton et verre en couverture.

Notice Mérimée

IA76000531

Description:

Avec la création de « Gare à la fête » en 1990 et de « Viva Cité » en 1991, tous deux festivals des arts de la rue, la ville de Sotteville-lès-Rouen, accompagnée du ministère de la Culture et de la Francophonie et de la D.R.A.C (Direction régionale des affaires culturelles) de Haute-Normandie, poursuivait le développement de son action culturelle initiée depuis 1989. Du 20 au 24 Juin 1990, plus de 20 000 visiteurs investirent les anciens dépôts des tramways et découvrirent « Gare à la fête », manifestation qui proposait spectacles théâtraux, concerts et expositions d’arts plastiques. Les années suivantes, le magasin sera également le lieu des répétitions de « Viva Cité ». C’est à cette époque qu’est né dans l’esprit de Daniel Andrieu, Directeur du Festival de rue, de Denis Auvray, architecte et urbaniste et de quelques élus, séduits par l’état de conservation du bâti, sa lumière et son ambiance, le projet d’y installer un espace d’art contemporain. Claude Tautel a fait le choix d’intervenir « a minima » sur le bâtiment d’origine afin de respecter sa symbolique historique et industrielle, en gardant presque intact l’extérieur du bâti et en revalorisant les volumes intérieurs existants sans en modifier la structure interne.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

814 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Site Bouchayer-Viallet

La reconversion en Centre d’art en 1986 est réalisée par l’architecte Patrick Bouchain. L’intervention est légère, elle fait la part belle aux espaces d’exposit...

13 juin 2012

772 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Agence Roux-Seguela – Issy-les-Moulineaux

Le programme de restructuration de cet entrepôt reconverti en bureaux, comprenant également une salle de cinéma, un restaurant, une salle vidéo, a permis une in...

13 juin 2012

974 vues au total, 1 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Entrepôt – Paris

La structure métallique et les façades en meulière ont été conservées. Pour résoudre le problème de la profondeur du bâtiment, les architectes, ont perçé une ru...

13 juin 2012

1045 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.