Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Appel à communications : 5èmes Journées d’histoire industrielle (25 et 26 octobre 2012) : L’entreprise rhénane, mythe ou réalité ?

Appel à communications =  5èmes Journées d’histoire industrielle des 25 et 26  octobre 2012 consacrées à L’entreprise rhénane, mythe ou réalité ?

 

Le Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT, EA 3436), de l’Université de Haute-Alsace (UHA), et le laboratoire de Recherche sur les choix industriels, technologiques et scientifiques (RECITS, EA 3897), de l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), organisent depuis 2007 les Journées d’histoire industrielle qui se déroulent sur les deux sites de Mulhouse et de Sevenans (près de Belfort).

Merci d’envoyer vos propositions et celles de vos doctorants, accompagnées de quelques éléments biographiques si nécessaire, sous forme d’un résumé d’une demi-page d’ici le 15 mai à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  et/ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">

 

Les actes feront l’objet d’un volume d’hommage au professeur Michel Hau dans la collection « Histoire industrielle et société », dirigée par Pierre Lamard et Nicolas Stoskopf aux Editions Picard.


Conseil scientifique : Jean-Claude Daumas (Institut universitaire de France, Université de Franche-Comté), Michel Hau (Université de Strasbourg), Pierre Lamard (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard), Nicolas Stoskopf (Université de Haute-Alsace), Laurent Tissot (Université de Neuchâtel).

 Les journées d’histoire industrielle (Belfort - Mulhouse) L’entreprise rhénane : mythe ou réalité ?

 

Vingt ans après la publication par Michel Albert de son ouvrage Capitalisme contre capitalisme, le modèle rhénan semble pour la première fois reprendre quelque couleur comme si la crise financière de 2008 et ses rebonds jusqu’à nos jours marquaient de ce point de vue un tournant. Battus en brèche par les bons indicateurs actuels venant d’outre-Rhin, les contempteurs d’une originalité rhénane surannée conduisant à l’échec face à la mondialisation, ne peuvent que baisser pavillon devant une économie aujourd’hui moteur de l’Europe. Certes notre quotidien est toujours rempli de bruits de Bourse, de manifestations contre des délocalisations, de gémissements face à la dictature des marchés, mais, de l’autre côté du Rhin, nous parviennent avec insistance d’autres sonorités  (résistance à la désindustrialisation, vitalité des PME, excédents commerciaux, baisse du chômage…) au point que la réussite allemande finit par agacer ! D’où qu’il vienne, on sait bien le capitalisme ne fera jamais l’unanimité… mais une chose est certaine, le capitalisme est loin d’être monolithique.

Ces évolutions récentes mettent en valeur les travaux que Michel Hau a consacrés depuis trente-cinq ans à l’entreprise rhénane (L’industrialisation de l’Alsace 1803-1939, La Maison De Dietrich de 1684 à nos jours, Histoire économique de l’Allemagne, Les Dynasties alsaciennes, Regards sur le capitalisme rhénan). Celle-ci n’est d’ailleurs pas réductible à l’espace germanique : c’est un modèle transnational que l’on rencontre à l’origine de l’Italie du Nord jusqu’aux rives de la mer du Nord dans cette Europe lotharingienne qui a longtemps échappé à l’emprise des États modernes. Sa caractéristique essentielle est de « créer du lien », comme disent les sociologues, lien avec les actionnaires, le plus souvent issus du cercle familial, lien avec les salariés par le souci des promotions et la recherche du consensus social, lien avec le territoire par un ancrage qui se veut durable. S’il est arrivé que ce réseau relationnel se transforme en boulet, bloquant les capacités d’innovation ou de réactivité de l’entreprise et la conduisant à sa perte, notamment dans la seconde moitié du XXe siècle, les réussites ne manquent pas, validant un système de valeurs qui dans le meilleur des cas permet à l’entreprise de traverser les siècles et de s’incruster dans le paysage. Qui plus est, « les entrepreneurs allemands savent chasser en meute. Grandes entreprises et sociétés moyennes sont solidaires », constatait tout récemment Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric. Il y aurait donc des formes de solidarité inconnues de ce côté du Rhin et des intérêts conciliables dans une même croisade contre les effets de la désindustrialisation !

S’il n’y a pas lieu de revenir sur les acquis de l’historiographie, à savoir les origines ou le fonctionnement de ce modèle rhénan, il serait intéressant de s’interroger sur l’actualité du concept à la lumière de l’histoire.

- Est-ce une notion vivante, y compris dans les entreprises nouvelles, ou une notion fossile qui ne survit qu’à travers quelques entreprises patriarches (Hénokiens, dynasties, etc.) ? Cela pose d’une part le problème de la compatibilité de ce modèle avec certaines évolutions sociales (individualisme, crise du modèle familial, etc.) ou économiques (mondialisation, financiarisation), et donc de sa capacité de résistance à ces évolutions ; d’autre part, celui de son éventuelle attractivité, de sa diffusion géographique au-delà de l’espace rhénan, de ses variantes, des canaux de transmission de ces valeurs (par une culture nationale ou régionale ? par l’exemplarité ? par les écoles de management ?).

- Est-ce un système de valeurs encore pertinent dans la conduite des entreprises et comment évolue-t-il ? On pourra se demander  ce qui relève désormais du mythe ou de l’idéal, est devenu obsolète, doit s’adapter en fonction des circonstances et, au contraire, ce qui est encore totalement d’actualité, déterminant dans la réussite et la compétitivité d’une entreprise.

- Quel rôle enfin ces entreprises jouent-elles dans la réussite ou l’échec d’un territoire ? Peut-on mesurer ce qui relève d’un environnement « national » (fiscalité, droit du travail, administration) et du management des entreprises ? Le modèle subit-il des déformations en passant les frontières ? L’efficience d’un ordo-libéralisme passe-t-elle davantage par ces territoires organisés et solidaires que par la volonté d’un État centralisateur gommant toute forme de spécificité salvatrice ?

Si la problématique proposée se place délibérément au cœur des préoccupations actuelles face à la désindustrialisation et au chômage de masse, les historiens sont invités à éclairer ce présent à la lumière des évolutions passées. Cet appel s’adresse également aux spécialistes d’autres sciences sociales (économistes, gestionnaires, géographes, sociologues, etc.) conformément à la démarche pluridisciplinaire des Journées d’histoire industrielle. De même, une table ronde permettra de confronter le point de vue des universitaires avec des acteurs de la vie économique (chefs d’entreprise et autres décideurs).

                                      Michel Hau, professeur émérite à l’université de Strasbourg

                                      Pierre Lamard, professeur à l’UTBM

                                               Nicolas Stoskopf, professeur à l’UHA, directeur du CRESAT