Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


revue de presse : le Monde et le familistère de Guise

Lu dans le Monde

Au Familistère de Guise (Aisne), une fête du travail pour honorer… un patron

Le Monde.fr | 30.04.11 | 14h14

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2011/04/30/au-familistere-de-guise-aisne-une-fete-du-travail-pour-honorer-un-patron_1514905_3224.html

AISNE, CORRESPONDANT -

Dans l'Aisne, le Familistère de Guise, un ensemble de bâtiments en brique rouge , construit dès 1859 par l'industriel Jean-Baptiste Godin (1817-1888), témoigne d'une des expériences sociales les plus singulières des deux siècles passés.   Ce patron, inspiré par les travaux de Charles Fourrier, avait mis en place, comme une évidence, le partage des bénéfices de sa société, avec ses salariés. A l'époque, c'était une idée révolutionnaire. Le gouvernement tenterait-il, actuellement, de la remettre au goût du jour ? Alors, Nicolas Sarkozy , enfant illégitime de… Jean-Baptiste Godin ? Ce débat n'est pas prévu le 1er mai, lors de la Fête du travail qui salue, chaque année, l'œuvre de ce chef d'entreprise avant-gardiste. Mais il y en aura bien d'autres. Du théâtre aussi, avec la venue d'une quinzaine de troupes lors de ce rassemblement populaire et gratuit rappelant la première célébration du travail en ce lieu en 1867.

"L'USINE PAYAIT LE BERCEAU QUAND ON VENAIT AU MONDE...

Conçu pour les salariés d'une usine qui fonctionne toujours, le Familistère, édifié sur un ensemble de six hectares, a accueilli des logements familiaux pour le personnel, une piscine, un théâtre, une école… jusqu'en 1968. Les difficultés économiques endurées par la célèbre fabrique de poêles ont porté alors un coup fatal à la poursuite de ce mode de vie collectif.

La fin de l'aventure laisse bien des regrets à Pierre Lemaire, âgé de 80 ans, salarié de Godin pendant 42 ans. "L'usine payait le berceau quand on venait au monde et le cercueil quand on finissait avec le corbillard de l'entreprise, confie-t-il. J'aspirais le lundi à aller travailler. Il y avait une ambiance de camaraderie que l'on ne trouvait pas ailleurs". Mais l'histoire continue. C'est l'une des particularités de ce lieu jamais figé. Il bénéficie d'un programme baptisé "Utopia", pesant 40 millions millions d'euros, soutenu par les collectivités locales, l'Europe et l'Etat. "Nous nous interrogeons sur la place de l'utopie dans la société d'aujourd'hui", souligne Alexandre Vitel, chargé de mission, à propos de cette démarche de réhabilitation et de réflexion soutenue par un travail éditorial (1).

PREMIER MUSÉE DE L'AISNE EN FRÉQUENTATION

L'interêt pour le Familistère de Guise, situé entre Saint-Quentin et Vervins, continue de bénéficier de la curiosité grandissante des visiteurs. L'endroit est devenu, en 2010, le premier musée de l'Aisne en fréquentation, avec 43 000 visiteurs, devant la Caverne du Dragon consacré à la Première guerre mondiale. Une révolution culturelle dans une terre si marquée par 14-18. Pourtant, de l'extérieur, rien ne distingue favorablement ces constructions. Elles présentent d'ailleurs un aspect assez rigide les rapprochant d'une caserne. C'est à l'intérieur du bâtiment principal que la magie opère. Une grande cour surmontée d'un dôme transparent incarne un lieu adapté au rassemblement. Les murs sont jaunes mais Pierre Lemaire, habitant le Familistère depuis 50 ans, continue d'y rêver en couleur.

Thierry de Lestang Parade

Tel : 03 23 61 35 36 et www.familistere.com
(1) Les éditions du Familistère viennent de rééditer Solutions sociales, de Jean-Baptiste André Godin publié en 1871, avec des commentaires et des annotations.