Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Decazeville. La démolition de la modèlerie divise

Decazeville. La démolition de la modèlerie divise

Que l'on soit pour ou que l'on soit contre, la future démolition de la modèlerie fait débat dans le Bassin.

La conservation du patrimoine industriel et minier est difficile à gérer. D'un côté, il y a les « pour », qui voient dans les vestiges des symboles puissants à transmettre aux jeunes et aux futures générations. Ils pourront comprendre la trajectoire de Decazeville et du Bassin ainsi que les conséquences de la modernisation, un syndrome dont nous gardons encore des séquelles. L'Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville-Aubin s'emploie depuis de nombreuses années à cette tâche.

D'un autre côté, il y a les « contre », des gens qui pensent que l'on doit faire table rase du passé et mettre l'argent sur autre chose. Au milieu, se situent les élus. Reprenons les propos de Pierre Delagnes : « La conservation du patrimoine est délicate. Il nous faut essayer de sauvegarder des vestiges mais continuer à avancer et préparer le Decazeville de demain. Quoi que l'on fasse, on prête le flanc aux critiques ».

L'annonce de la démolition prochaine de la modèlerie a relancé le débat. Mais au juste c'était quoi la modèlerie. à l'origine, le bâtiment formait un U. Depuis, les deux ailes ont été démolies. Sur un document du XIXe siècle, que nous a fourni Michel Herranz, on voit inscrit « tournerie, ajustage et forge à bras ». Sur un autre plan, daté de 1937, apparaît le mot « modèlerie ». On y fabriquait les modèles (ou moules) en bois pour couler les pièces en acier. Les modeleurs étaient de véritables artistes sur bois et travaillaient avec une grande précision. Ils laissaient un trou par où on introduisait l'acier. Un cadre de fer servait à claver et à bien ajuster les deux parties du moule. Au premier étage, on stockait les modèles qui appartenaient soit aux clients, soit à la compagnie.

La particularité de cette bâtisse, outre ses briques rouges et ses belles colonnes en fonte, c'est son sol, constitué avec des rondins de bois, fichés debout dans la terre et juxtaposés. Ainsi, le sol n'était pas froid et quand une pièce tombait, on réduisait la casse.

lire avec image : http://www.ladepeche.fr/article/2011/01/30/1001865-Decazeville-La-demolition-de-la-modelerie-divise.html