Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Note de lecture : Veschambre Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et démolition

Cybergéo -  Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et démolition

 

Par Marion Salin, note de lecture sur ce travail qui parle (entre autres) de patrimoine industriel

Veschambre V., 2008, Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et démolition, Rennes, PUR, 315 p.

http://cybergeo.revues.org/index23172.html

La question de l’appropriation de l’espace est une des « questions majeures à laquelle est confrontée la géographie et la géographie sociale » (p.7) : elle permet d’appréhender les inégalités et les rapports de pouvoir dans leur dimension spatiale, à partir de l’étude des stratégies, des luttes et des conflits pour cette appropriation.

 Vincent Veschambre s’intéresse dans cet ouvrage à l’appropriation symbolique de l’espace, dans le cadre de la ville, et plus particulièrement dans celui du renouvellement urbain. En effet, ce « recyclage d’espaces désaffectés, dévalorisés (…), soit par la démolition/reconstruction, soit par la réhabilitation » (p.8) concerne en premier lieu les espaces non appropriables au sens juridique du terme : les espaces publics. A partir d’exemples développés au fil du texte – centre-ville d’Angers, édifice Le Corbusier de Firminy, conflit autour des camps d’internement Tsiganes, destruction des usines Renault… - l’auteur nous montre que ce qui se joue dans ces espaces, c’est la construction de la mémoire et de l’identité d’une société. Les choix effectués en termes de marquage de l’espace dans les processus de patrimonialisation, de démolition et de mise en mémoire représentent un mode de légitimation des différentes hiérarchies sociales. Ceux qui aménagent et valorisent l’espace urbain construisent par là même la mémoire collective, excluant de ce fait les « mémoires dominées ». Il apparait alors que la question qui sous-tend cet ouvrage est la suivante : comment peut-on démocratiser les processus de marquage de l’espace urbain ?

lire la suite sur la page de Cybergéo

Revue de livres, mis en ligne le 09 juin 2010, modifié le 09 juin 2010.

URL :   http://cybergeo.revues.org/index23172.html   Consulté le 11 juin 2010.