Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


La poudrerie nationale d'Angoulême : un avenir incertain...

La poudrerie nationale d'Angoulême

Source : http://www.lepatrimoscope.com/2010/03/la-poudrerie-nationale-dangouleme.html

 

La poudrerie nationale d'Angoulême
La Poudrerie nationale d'Angoulême est l'une des quatre manufactures royales qui se sont implantées en Poitou-Charentes, à la faveur du développement de la force militaire française. J'ai eu l'occasion d'étudier ce site gigantesque au cours de mon stage auMusée du Papier d'Angoulême, bien que les informations le concernant soient extrêmement difficile d'accès. En effet, comme il s'agit d'un site autrefois dédié à la production de poudres et explosifs, ses archives sont ultra secrètes!

La Poudrerie nationale d'Angoulême est l'une des quatre manufactures royales qui se sont implantées en Poitou-Charentes, à la faveur du développement de la force militaire française. J'ai eu l'occasion d'étudier ce site gigantesque au cours de mon stage auMusée du Papier d'Angoulême, bien que les informations le concernant soient extrêmement difficile d'accès. En effet, comme il s'agit d'un site autrefois dédié à la production de poudres et explosifs, ses archives sont ultra secrètes!

La poudrerie a été créée sur ordonnance royale en 1817 en remplacement de celle de Saint-Jean d’Angély, laquelle fut détruite par une explosion un an plus tôt. L'établissement, qui approvisionnait la flotte militaire de Rochefort par voie fluviale, fut installé à l'ouest de la commune d’Angoulême, à l’intérieur de la boucle formée par un méandre de la Charente. La force motrice du fleuve permettait initialement d’actionner 15 moulins à poudre. L’activité réellement "industrielle" débuta en 1826 et le site s’étendit progressivement pour atteindre 200 hectares en 1917. Entre 1827 et 1888, on y produisit de la poudre noire (pour la guerre, la chasse et la mine) puis à partir de 1888 du coton-poudre (nitrate de cellulose).

(...)

Le site propose un long article documenté avec photos et se termine par :

Encore un témoin de l'histoire industrielle amené à disparaître et qui tombera certainement dans l'oubli, au vu du patrimoine difficile à assumer que représente cet ancien lieu de production...