Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Le Toit Angevin continue de raser la Manufacture des Allumettes de Trélazé

Le Toit Angevin continue de raser la Manufacture des Allumettes de Trélazé
Un vandalisme délibéré au mépris du Ministère de la Culture
Sans projet défini de réhabilitation du site des Allumettes, ni autorisation de construire, le Toit Angevin poursuit son œuvre de destruction au mépris de tous : locataires du site, associations et même services de l’Etat sont délibérément mis devant le fait accompli.
Les nouvelles opérations de démolition qui ont démarré lundi se déroulent en dehors de toute concertation dans des conditions particulièrement douteuses : faut-il voir une nouvelle tentative d’intimidation des locataires dans le fait que le propriétaire ne les a pas préalablement informés de l’arrivée des engins sur leur lieu de vie et de travail ? Outre la dangerosité de la situation, les locataires avaient d’autres raisons de s’alarmer : instructions avaient été données de commencer la démolition de locaux figurant pourtant dans leurs baux de location !
Mission d’inspection générale
Alerté de la reprise de démolitions sans justification sur un site bénéficiant de son label « Patrimoine du XXème siècle », le Ministère de la Culture s’est emparé du dossier. Suite au rapport de Paul Smith, spécialiste du patrimoine technique au niveau national, après sa visite sur site le 12 février, le Ministère a décidé d’une mission d’inspection générale, qui s’est déroulée le 2 mars. La Direction du Toit Angevin et la municipalité de Trélazé étaient prévenues de cette mission. Les démolitions ont donc délibérément redémarré la veille de cette visite d'importance. Précision significative : les engins ne se sont pas attaqués à un bâtiment puis un autre, mais simultanément à l’ensemble des bâtiments destinés à être rasés.
Carences et incohérence
Face au laisser faire de la municipalité de Trélazé et de l’agglomération d’Angers, les associations Sauvegarde de l’Anjou et Rêverie des Allumettes demandent à l’Etat de mettre un point d’arrêt à cette démarche stupide qui, après avoir rasé un tiers du site, prévoit un concours d’architecture sur sa globalité !
Pour une réhabilitation raisonnée et harmonieuse, elles demandent à nouveau que toute intervention et tout projet de reconversion soient désormais justifiés au regard des données patrimoniales et de l'intérêt architectural de ce site d'exception.
Les Associations Sauvegarde de l’Anjou et Rêverie des Allumettes vous convient à un point presse, mercredi 3 mars 2010 à 15 heures à la Manufacture des Allumettes, atelier de Corinne Forget (prendre l’allée centrale, puis 2e à gauche)
Contacts : 02 41 43 43 05 (Rêverie des Allumettes) ou 06 88 81 16 27 (Sauvegarde de l’Anjou)
--
La Sauvegarde de l'Anjou
Fédération départementale d'associations de protection de l'environnement, des sites et monuments
Association agréée par arrêté préfectoral du 2 mars 1978
Membre de France Nature Environnement
14, rue Lionnaise
49100 Angers - France
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.sauvegarde-anjou.org

Le Toit Angevin continue de raser la Manufacture des Allumettes de Trélazé

Un vandalisme délibéré au mépris du Ministère de la Culture


Sans projet défini de réhabilitation du site des Allumettes, ni autorisation de construire, le Toit Angevin poursuit son œuvre de destruction au mépris de tous : locataires du site, associations et même services de l’Etat sont délibérément mis devant le fait accompli.
Les nouvelles opérations de démolition qui ont démarré lundi se déroulent en dehors de toute concertation dans des conditions particulièrement douteuses : faut-il voir une nouvelle tentative d’intimidation des locataires dans le fait que le propriétaire ne les a pas préalablement informés de l’arrivée des engins sur leur lieu de vie et de travail ? Outre la dangerosité de la situation, les locataires avaient d’autres raisons de s’alarmer : instructions avaient été données de commencer la démolition de locaux figurant pourtant dans leurs baux de location !


Mission d’inspection générale

Alerté de la reprise de démolitions sans justification sur un site bénéficiant de son label « Patrimoine du XXème siècle », le Ministère de la Culture s’est emparé du dossier. Suite au rapport de Paul Smith, spécialiste du patrimoine technique au niveau national, après sa visite sur site le 12 février, le Ministère a décidé d’une mission d’inspection générale, qui s’est déroulée le 2 mars. La Direction du Toit Angevin et la municipalité de Trélazé étaient prévenues de cette mission. Les démolitions ont donc délibérément redémarré la veille de cette visite d'importance. Précision significative : les engins ne se sont pas attaqués à un bâtiment puis un autre, mais simultanément à l’ensemble des bâtiments destinés à être rasés.


Carences et incohérence

Face au laisser faire de la municipalité de Trélazé et de l’agglomération d’Angers, les associations Sauvegarde de l’Anjou et Rêverie des Allumettes demandent à l’Etat de mettre un point d’arrêt à cette démarche stupide qui, après avoir rasé un tiers du site, prévoit un concours d’architecture sur sa globalité !
Pour une réhabilitation raisonnée et harmonieuse, elles demandent à nouveau que toute intervention et tout projet de reconversion soient désormais justifiés au regard des données patrimoniales et de l'intérêt architectural de ce site d'exception. 

Contacts : 02 41 43 43 05 (Rêverie des Allumettes) ou 06 88 81 16 27 (Sauvegarde de l’Anjou)


-- La Sauvegarde de l'Anjou

Fédération départementale d'associations de protection de l'environnement, des sites et monumentsAssociation agréée par arrêté préfectoral du 2 mars 1978

Membre de France Nature Environnement

14, rue Lionnaise49100 Angers -

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.sauvegarde-anjou.org