Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Presse ; La Dépêche : Des vieux fours mis au jour à Decazeville...

Des vieux fours mis au jour sur la zone du Centre

Lire l'article sur le site de la Dépêche : http://www.ladepeche.fr/article/2009/12/27/744524-Des-vieux-fours-mis-au-jour-sur-la-zone-du-Centre.html

Decazeville et sa région ;

Travaux. Ils ont été découverts lors du chantier de dépollution actuellement en cours. Ils dateraient du XIXe siècle. Mais ces vestiges ne seront pas récupérés.

Les terrassements réservent parfois des surprises. C'est ce qui est arrivé lors des travaux de dépollution, actuellement en cours, au cœur de la zone du Centre. « Deux voûtes ont été excavées. On distingue parfaitement un rayon de briques rouges classiques et puis un rayon de briques réfractaires, utilisés pour ce type de four, gardant la chaleur », explique Michel Herranz, président de l'Association de sauvegarde du patrimoine industriel du bassin de Decazeville (ASPIBD).

Après s'être rendu sur les lieux, il a plongé dans les archives de l'association. Ensuite, sur le livre « Historique des forges de Decazeville », on peut lire, en 1895 : « Tandis que l'on reconstituait l'atelier de laminage, les travaux de l'aciérie Martin étaient poussés activement. Deux fours de 12 tonnes furent d'abord construits ». Cependant, une question traverse l'esprit des terrassiers et des élus : « Pourquoi ces fours se situent aussi bas ? ».

FOURS MARTIN OU ACIÉRIE THOMAS ?

Michel Herranz pense avoir la réponse : « à cet endroit, il existait un grand bassin qui servait pour le refroidissement aux premières usines implantées dans la zone du Centre. Puis, il fut vidé. Une photo de la fin du XIXe siècle montre effectivement la construction d'un complexe industriel sur une grande fosse et l'on distingue des piliers de maçonnerie que les terrassiers ont également mis au jour ».

Un seul doute subsiste chez le président de l'ASPIBD : « À moins qu'il ne s'agisse des fours de l'aciérie Thomas ? ». Reprenons notre « Histoire des forges »... (suite)