Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Ecouter l'émission du 22 octobre 2013 : le patrimoine industriel (et le Cilac)

Quand l’industrie devient objet de patrimoine  - Un documentaire de Séverine Liatard et Anne Fleury 

[accéder au fichier mp3]

Le patrimoine industriel est apparu en France comme un axe d’études et de recherches vers la fin des années 1970 au moment où les usines textiles et métallurgiques des grandes régions industrielles commencent à fermer les unes après les autres. Face à ce qui devient rapidement un traumatisme social, il est décidé dans un premier temps de raser ces sites pensant que par l’oubli viendra la guérison. Dans le même temps, le domaine suscite l’intérêt des sciences sociales, l’ethnologie avec la création des écomusées mais aussi l’histoire des techniques. Maurice Daumas puis Louis Bergeron avec un certain nombre de ses étudiants créent en 1978 une association, le CILAC (Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel) qui se donne pour objectif d’étudier l’ensemble des traces matérielles et immatérielles de ce patrimoine et ainsi de justifier sa protection. 

 

Il s’agit alors de considérer cet héritage intégré dans une chaîne patrimoniale : un site, une architecture, des machines et des procédés, des productions. Les animateurs du CILAC publient des articles, des travaux de recherche et une revue semestrielle et alerte les pouvoirs publics. L’année du patrimoine en 1980  témoignent de sensibilités nouvelles et orientent la protection vers de nouveaux champs comme le patrimoine rural, industriel, scientifique et technique. Dans les services de l’Inventaire, une première équipe commence à travailler au recensement de ce patrimoine en lien avec les services de l’Inventaire en région. En 1983, une cellule du « patrimoine industriel » est créée. Les procédures de repérage et les protections au titre des monuments historiques se multiplient mais se passe-t-il lorsque l’usine est « vivante » ?

Des sites miniers, des hauts-fourneaux, des fours à chaux ou des chocolateries sont classés monuments historiques avec le même soin que des châteaux forts, des églises médiévales ou des salines royales.

Avec les témoignages de Louis Bergeron (historien et membre du CILAC), Claudine Cartier (responsable de la cellule du patrimoine en 1983 et membre du CILAC), André Desvallées (responsable de l’inspection des musées), Denis Woronoff (historien et membre du CILAC), Dominique Ferriot (ancienne directrice adjointe du Creusot et membre du CILAC), Yannick Lecherbonnier (correspondant de l’Inventaire général en Basse-Normandie), Jean-François Belhoste (ingénieur et responsable de la section « patrimoine industriel » à l’Inventaire durant les années 1980) et Bernard Reichen(architecte). 


Thème(s) : Histoire20e sièclePatrimoine