Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Soutenance de thèse : Épistémologie de la conservation du patrimoine :

Soutenance de thèse :  Pierre Leveau

jeudi 13 décembre 2012 à 14 h

à Aix-en-Provence – Aix-Marseille Université, Centre Schuman, salle des Professeurs, 2e étage.

Épistémologie de la conservation du patrimoine :

ontologie d’un domaine, ergologie d’une discipline.

 

 


Membres du jury :

— Mounir BOUCHENAKI, Directeur adjoint de l'UNESCO pour la Culture, UNESCO
— Jean DAVALLON, Professeur HDR, Université d'Avignon et des Pays du Vaucluse, EHESS
— Philippe JOCKEY, Professeur HDR, Aix-Marseille Université, CCJ
— Thierry LALOT, Professeur HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HICSA
— Patrick MICHEL, Professeur HDR, Université de Lille 3, IRHIS
— Jacques MORIZOT, Professeur HDR, Aix-Marseille Université, CEPERC
 
Résumé :

Ce mémoire est une mise à jour philosophique du modèle conceptuel défini par Aloïs Riegl dans son ouvrage sur Le culte moderne des monuments.

 

Pour faire cet aggiornamento, nous présentons dans une première partie ce modèle et l’énigme qu’il contient. Dans la deuxième, nous décrivons le paradigme que les premières communautés patrimoniales adoptèrent dans l'Entre-Deux-Guerres pour la résoudre, puis nous introduisons dans la troisième les concepts qui ancrent leur paradigme dans le monde actuel et nous formulons l’énigme qu’il pose maintenant aux professionnels.

Historiquement, nous démontrons ainsi la continuité de l’institution patrimoniale, d’A. Riegl à nos jours. En dépouillant les archives de la Commission internationale de Coopération intellectuelle, nous prouvons que l’ONU et l’UNESCO n’ont pas créé les réseaux de conservation que nous connaissons, mais ont hérités de ceux que la SDN et la CICI tissèrent avant-guerre en fédérant les institutions et les associations qui existaient alors.

Philosophiquement, nous mettons au jour le fondement ontologique et épistémologique de l’institution patrimoniale en étudiant différents modèles conceptuels. Nous expliquons comment le réalisme structural peut concilier les théories réalistes et constructivistes qui pourraient s’opposer ici et comment l’approche processus permet d’unifier ses secteurs sans nier les différences de nature qui existent entre ses objets. Notre thèse est que l’on peut modéliser la quasi-totalité du domaine en interconnectant les points de vue de ses acteurs. Pour l’établir, nous répondons à la question de savoir ce qu’est le patrimoine, comment fonctionne son institution et sur quoi se fonde sa conservation.

 

Pierre Leveau

ED. 356, CEPERC, Aix-Marseille Université