Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Revue de presse : Decazeville. Les soufflantes bientôt réhabilitées

http://www.ladepeche.fr/article/2012/07/29/1409179-decazeville-les-soufflantes-bientot-rehabilitees.html

source la Dépêche : cliquez sur le iien pour lire l'article et accéder aux images

Après bien des années à l'abandon, le bâtiment des soufflantes va être rénové pour le plus grand plaisir des défenseurs du patrimoine industriel du Bassin.

Depuis plusieurs années, Michel Herranz, le président de l'ASPIBD (association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville-Aubin), tirait la sonnette d'alarme : «Le bâtiment des soufflantes va tomber en ruine !».

Il semblerait que ses appels ont été entendus par les élus de la Communauté des communes. Récemment, les dirigeants de l'association ont été invités par la CCDA qui leur ont fait part de prendre le dossier en main. Le bâtiment qui abrite les soufflantes est situé dans un quartier en profonde mutation : la zone du Centre, liée à un projet d'urbanisme pour le développement de la commune. Il est vrai qu'une zone entièrement rénovée avec à son extrémité le bâtiment délabré des soufflantes aurait fait mauvais effet.

Petit rappel historique. Les soufflantes alimentaient en air chaud les hauts-fourneaux qui fabriquaient de la fonte. Les deux soufflantes de type Corliss ont été construites en 1901. il n'existe quasiment plus de machine de ce genre en France. D'où sont utilisés patrimoniale et pédagogique.

Après avoir discuté entre trois solutions potentielles, la troisième, la plus aboutie dans la réhabilitation de la bâtisse, a été retenue par les élus. À savoir : dépose des anciennes menuiseries et pose de nouvelles menuiseries, peinture sur ces menuiseries, maçonnerie, réfection de la charpente, dépose et pose de tuiles mécanique pour la couverture, zinguerie (dépose et pose de nouveaux chéneaux, gouttières, descentes). Le montant des travaux devrait approcher les 250 000 €. Le maître d'ouvrage sera donc la communauté des communes, tandis que le maître d'œuvre est la SARL d'Architecture Proanos.

Michel Herranz est grandement soulagé : «Arrivé à la présidence de l'ASPIBD, je m'étais fixé comme objectif de sauver le chevalement, c'est fait, de rénover le mausolée Cabrol, c'est en très bonne voie, et de sensibiliser les élus sur la réhabilitation des soufflantes. Le projet ainsi développé nous rend optimiste».

D. Latapie