Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Actualité

Nouzonville : l'avenir de la friche Val Thomé

A Nouzonville, l'avenir de la friche Val Thomé fait toujours débat ça la f(r)iche un peu mieux

http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/a-nouzonville-lavenir-de-la-friche-val-thome-fait-toujours-debat-ca-la-friche-u

(...)

L'entrée du futur PNR

Là-dessus, même si certains leur reprochent de s'être intéressés un peu tardivement au dossier, le prestigieux aréopage de Thomé demain (l'historien Didier Bigorgne, le peintre Simon Cocu, l'ancien député René Visse, liste non exhaustive) a désormais convaincu de la pertinence de son propos. Cœur d'Ardenne a mis le dossier en suspens et commandé une nouvelle étude (dont la conclusion est attendue pour l'été) pour expertiser la solidité du béton du bâtiment principal. Et si une partie, donc, peut s'intégrer dans un projet de réhabilitation.
« Ainsi la friche, élément de mémoire du patrimoine industriel, deviendrait après quelques travaux et l'éventuelle dépollution un vrai argument touristique à l'entrée de la vallée de la Meuse et du parc naturel régional » s'est réjoui Didier Bigorgne.
Et cela effacerait une verrue au cœur de Nouzonville. Une verrue qui soit en passant s'est élargie depuis la fermeture de Thomé-Génot, celle d'Intermarché…
Même l'ancien maire Guy Istace est convaincu, lui qui plaidait en 2001 pour la création d 'une halte nautique et d'un garage pour bateaux. Mais Cœur d'Ardenne n'existait pas encore, et la ville n'avait pas les moyens d'être maître d'œuvre du projet.
La ville qui reste, finalement, la plus réticente. Un adjoint présent à l'assemblée, Christophe Lejeune, disant son doute quant à la pertinence de ce projet, et du poids qui incombera à la localité en terme de fonctionnement.
« Dans un premier temps, ce qu'on demande, c'est le dialogue… » a résumé Jean-Pierre Danne, autre pilier de Thomé Demain. « Et la transparence » a ajouté Didier Bigorgne. Ca vient, ça vient..


Philippe MELLET (L'union)


Pétition nationale en faveur de la sauvegarde du Palais de la découverte

PALAIS DE LA DECOUVERTE

Pétition nationale en faveur de la sauvegarde du Palais de la découverte

 

Exposé des motifs de la Sapade

Depuis le 1er janvier 2010 le Palais de la découverte et la Cité des sciences et de l’industrie ont été regroupés en un nouvel établissement public à caractère industriel et commercial. Mme Claudie Haigneré, ancien ministre, en a été nommée présidente par le Conseil des ministres du 16 février 2010. Les pouvoirs publics sont incontestablement dans leur légitimité constitutionnelle lorsqu’ils prennent des décisions de cette nature et nous n’avons par ailleurs aucun doute sur la volonté de la présidente de forger une ambition nouvelle commune pour le nouvel établissement en prenant appui sur les deux sites, les deux cultures, les deux traditions, les deux identités et en cherchant à bénéficier de l’adhésion de la communauté scientifique tout entière. Mais comme pour le moment aucun texte en préparation ne semble traduire ces orientations en termes opérationnels, nous vous proposons d’affirmer votre soutien à la pérennisation du Palais de la découverte en signant la pétition suivante.

Signez la pétition nationale !

Je ne saurais accepter qu’ayant formellement disparu en droit, ce fleuron exceptionnel de notre histoire qu’est le Palais de la découverte perde toute espèce d’autonomie et ne soit plus en état de poursuivre les missions de diffusion des dimensions culturelles de la science et d’éducation populaire qu’il a merveilleusement remplies depuis sa création, notamment auprès des jeunes. Je demande, avec la Société des amis du Palais de la découverte, que les intentions exprimées au sujet du devenir du nouvel établissement se traduisent par des dispositions institutionnelles précises, et en particulier que, sous une forme ou une autre, le Palais de la découverte continue à bénéficier, dans son implantation actuelle, d’une direction spécifique au sein du nouvel ensemble.

www.sapade.org


Exposition photo sur la Fabrique Gaupillat à Paris

Pour la première fois une exposition photos consacrée à l’usine Gaupillat se tiendra hors du territoire meudonnais.

Du 25 mars au 8 avril 2010, le photographe Thomas Léaud, expose son travail sur la Fabrique Gaupillat de Meudon

Le lieu : le Ballon Rouge, 13 rue Abel Gance 75013 Paris

Notez la date du vernissage: le 25 mars 2010 à 18h00

Site de Thomas Léaud:  http://www.chromatik.net/

 

 

Lire la suite : Exposition photo sur la Fabrique Gaupillat à Paris

Un site de photos sur le patrimoine minier

http://www.patrimoine-minier.fr/

Comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne, la France a su tirer de son sous-sol de nombreuses richesses (charbon, fer, potasse, uranium, fluorine...) qui ont permis, au XIXe siècle et au XXe siècle, son essor industriel et commercial. Aujourd'hui que reste-t-il ? Pas grand chose... La totalité des grands bassins miniers ont cessé leur activité (1983 pour la Loire, 1990 pour le Nord-Pas-de-Calais, 2002 pour les mines de potasse d'Alsace, 2003 pour la Provence, 2004 pour la Lorraine...). Les nombreuses traces de ce passé glorieux ont rapidement été effacées, les puits comblés, les bâtiments et chevalements détruits.
Ce projet de témoignage photographique arrive un peu tard, mais il m'a semblé intéressant de montrer les vestiges encore debout. Je vois ces photos comme un hommage à cette grande aventure humaine, technique et économique, qui a fortement contribuée à la richesse de notre pays. Malheureusement, la désindustrialisation se poursuit, les autorités locales se pressent souvent pour tout raser, ne laissant que de grandes friches vierges. Merci aux passionnés qui se battent pour préserver un peu de ce patrimoine...

 

Lire la suite : Un site de photos sur le patrimoine minier