Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Actualité

le phare métallique de la jetée de Port Vendres en grand danger

Grande peur de voir disparaître à brève échéance le phare métallique de la jetée de Port Vendres ( 66).

Ce phare est unique dans le monde par sa conception et date de 1890.

L'administration des phares et Balises a déjà implanté cette année un petit phare solaire à son pieds en vue de sa démolition. Cela doit se faire en douce comme toutes les atteintes à notre patrimoine.
Il est scandaleux qu'un tel monument ne soit pas classé dans le Patrimoine Industriel Français car il est unique dans le monde; dans sa conception et son existence.
Il a supporté les intempéries jusqu'à présent et fonctionné bravement 110 ans sans avaries. La dernière tempête l'a un peu abîmé par suite de la mauvaise conception actuelle de l'entretien de la jetée qui consiste à remplacer les blocs de béton par des "cailloux" amassés à son pied; ces cailloux sont déplacés et volent à près de 10 mètres d'altitude lors des grandes tempêtes. Un de ces projectiles a abîmé l'escalier d'accès en fonte et l'administration a décidé de ne pas le réparer et de démolir ce témoignage de l'âge du fer.
 
Ci-joint, un article paru dans le bulletin "des navires et des hommes" de l'association "Port-Vendres des Paquebots" dont l'auteur est Bernard BERNADAC, l'historien des Paquebots et de Port-Vendres, président de cette association.  Vous pouvez télécharger le zip de cet article (en bonne qualité, mieux que les images suivantes) dans notre espace de téléchargement.

Bernard BANYULS
Secrétaire de la "Fédération du Patrimoine Maritime Méditerranéen" Section Languedoc-Roussillon
Président de l'association "Patrimoine Maritime Colliourenc"

 

Lire la suite : le phare métallique de la jetée de Port Vendres en grand danger

Une bibliographie sur le patrimoine industriel venue du Canada

Une bibliographie sur le patrimoine industriel venue du Canada

Ce n'est pas parce qu'elle est canadienne qu'elle est inadaptée : on y trouve d'ailleurs de nombreux noms connus au Cilac

Téléchargez le document pdf

Source :  http://contacturbain.fr/Documents/Bibliographie%20Site.pdf

 


Saint-Quentin - Chauny : une longue histoire industrielle

Saint-Quentin - Chauny : une longue histoire industrielle

Connue sous le nom de Vélifil ou d'usine Vandendriessche, la friche industrielle de la rue de Guise est a elle seule un patrimoine industriel du XIXe et du XXe siècle. Édifiée en 1874 par les frères Hurstel, la filature de coton et de laine connaît rapidement le succès. Hamm, Boca, Boudoux, les propriétaires tout comme les extensions se succèdent. En 1914, la société Boudoux emploie jusqu'à 550 ouvriers dans la succursale saint-quentinoise.

Lire la suite sur le site du Courrier picard

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-locale/Saint-Quentin-Chauny/Une-nouvelle-vie-pour-la-friche-Velifil/Une-longue-histoire-industrielle


patrimoine industriel de la région stéphanoise toujours en péril

Patrimoine industriel de la région stéphanoise toujours en péril


Pour information, deux ensembles de bâtiments non négligeables représentatifs de l'histoire industrielle de la région stéphanoise, car repérés et pris en compte dans le cadre de l'opération "l'Héritage industriel de Saint - Etienne et son territoire, 100 sites en enjeu" conduite sous l'égide du Site Couriot - Musée de la Mine de Saint - Etienne", sont actuellement la proie des entreprises de "déconstruction".


Il s'agit, tout d'abord, des ateliers de tissage de l'ancienne entreprise de textile Bélinac implantée à Aurec - sur - Loire (Haute - Loire), aux portes des Gorges de la Loire, face à la gare S.N.C.F.. Un bâtiment intéressant à plusieurs égards, et notamment par le traitement et la modénature de ses façades principales qui cachaient, en dépit des apparences, non pas une couverture en sheds, mais une voûte de B.A. de type Freyssinet - Limouzin de belle envergure. A l'heure actuelle, les ateliers ont perdu près de la moitié de leur surface. A priori, seuls les anciens logements des cadres et gardiens de l'entreprises semblent être appelés à être préservés...

D'autre part, il s'agit des anciens locaux du dispensaire de la division de Roche de l'ancienne Compagnie des Mines de Roche - la - Molière et Firminy, établis au centre - ville de la commune de Roche - la - Molière, depuis la première moitié des années 1920, et plus particulièrement du bâtiment le plus ancien portant sur sa façade principale, en fronton, l'inscription gravée "Caisse de Secours Mutuels et de Prévoyance des Employés de la Compagnie des Mines de Roche - la - Molière et Firminy 1925". Un ancien établissement de soins pris en charge, depuis la nationalisation des houillères en 1946, par la Caisse Autonome Nationale de Sécurité Sociale Minière, dont la disparition du paysage architectural de l'Ouest stéphanois fait notamment suite à la destruction, amorcée dès le milieu des années 1980, tout d'abord, des anciennes infrastructures des Houillères du Bassin de la Loire notamment liées à l'extraction et au traitement du charbon, puis à la destruction, toujours à Roche - la - Molière, au printemps 2002, de l'un des plus anciens ensembles de logements ouvriers spécifiquement destinés aux mineurs de la région stéphanoise, la cité du Buisson. Une destruction qui s'inscrit dans le cadre de la restructuration du centre - ville de Roche - la - Molière voulue par l'actuelle municipalité qui pose, une fois de plus, la question du devenir et de la valorisation de l'héritage notamment paysager et architectural de plus de deux siècles d'histoire industrielle liés à l'extraction de la houille, et plus particulièrement du réseau de sites et cités ouvrières maillant et structurant encore aujourd'hui le territoire de l'Ouest stéphanois...

Source :  R. MOUILHADE.


Paris perd ses eaux, par André Guillerme

Paris perd ses eaux, par André Guillerme

in LEMONDE.FR | 05.04.10

http://abonnes.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/05/paris-perd-ses-eaux-par-andre-guillerme_1329118_3232.html

Dans les murs de l'Hôtel de Ville, on s'apprête à détruire et à combler un des monuments les plus discrets, les plus utiles et les plus grandioses de la capitale, un chef-d'œuvre bicentenaire : le réseau d'eau courante brute, dont on ne perçoit que le gazouillis au sortir des bouches de trottoir, conçu il y a plus de deux cents ans. Un patrimoine matériel unique, original, dont la mise en œuvre en "réseau" est au fondement théorique du concept scientifique tant usité aujourd'hui – la réticulation –, si bien qu'il est aussi patrimoine immatériel mondial.

 La décision est imminente et le lobby de l'eau potable fait pression : ce vieux réseau fuit de partout ; il n'est d'aucune utilité ; l'autre réseau — celui d'eau potable constitué sous la préfecture d'Haussmann — y suppléerait. Le montage est lucratif.

  

Lire la suite : Paris perd ses eaux, par André Guillerme