Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Actualité

Liste du patrimoine classé en 2009

37 monuments français

ont été classés au titre des monuments historiques. Vous pourrez voir la part du patrimoine industriel dans cette liste.

Liste au journal officiel du 10 avril 2010 :

  • le château de Joyeux (Ain) ;
  • l'abbaye de Vauclair (Aisne), pour son escalier d'accès ;
  • l'église du collège Jean-Franco, ancien couvent des Trinitaires, à Saint-Etienne de Tinée(Alpes-Maritimes) ;
  • les vestiges grecs du collège du Vieux-port, à Marseille (Bouches-du-Rhône) ;
  • l'Hôtel de ville de Saint-Jean-de -Losne (Côte-d'Or), pour son salon d'honneur ;
  • l'hôtel Alviset, à Besançon (Doubs) ;
  • la maison du 11-13 rue des changes, à Chartres (Eure-et-Loir) ;
  • la citadelle de Blaye ( Gironde) ;
  • les galeries souterraines de drainage de l'étang de Colombiers et Montady (Hérault) ;
  • l'ancienne résidence des évêques de Béziers, à Gabian (Hérault), pour sa grande salle avec son plafond peint ;
  • l'abbaye de la Chaise-Dieu, pour la quasi-totalité de ses bâtiments (Haute-Loire) ;
  • la grande et la petite salines, à Salins-les-Bains (Jura) ;
  • la machine soufflante de la fonderie de Fumel (Lot-et-Garonne) ;
  • l'ancien prieuré de Monsempron (Lot-et-Garonne) ;
  • le phare de Gatteville et l'ancien phare, sémaphore de Barfleur (Manche) ;
  • l'église Sainte-Barbe, à la Sentinelle (Nord) ;
  • la fosse 11-19 de l'ancienne Compagnie des mines de Lens, à Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais) ;
  • la machine d'extraction de l'ancienne Compagnie des mines d'Ostricourt, à Oignies (Pas-de-Calais) ;
  • le Fort Libéria, à Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-orientales) ;
  • le château de Froeschwiller (Bas-Rhin) ;
  • les écuries du Palais du Rhin de Strasbourg (Bas-Rhin) ;
  • le château de Faverney (Haute-Saône) ;
  • trois sites de carrières de meules de moulins à FillingesRumilly et Viuz-en-Sallaz(Haute-Savoie) ;
  • le domaine du Bois des Moutiers, à Varengeville (Seine-Maritime) ;
  • la totalité du domaine national de Fontainebleau (Seine-et-Marne), pour ce qui n'était pas encore classé ;
  • les communs du château de Noyen (Seine-et-Marne) ;
  • le domaine national de Marly (Yvelines) ;
  • l'église Saint-Pierre-ès-liens de Nègrepelisse (Tarn) ;
  • l'Hôtel de ville de Pernes-les-Fontaines (Vaucluse) ;
  • le château de Talmont-Saint-Hilaire (Vendée) ;
  • le théâtre de Châtellerault (Vienne) ;
  • les vestiges de l'église et du baptistère Saint-Jean mis au jour à Limoges (Haute-Vienne) ;
  • l'observatoire de Camille Flammarion, à Juvisy-sur-Orge (Essonne) ;
  • la bibliothèque pour enfants du 14 cité de la Plaine à Clamart (Hauts-de-Seine) ;
  • l'ancienne usine Clacquesin, à Malakoff (Hauts-de-Seine).

Liste complète des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2009 (Journal Officiel du 10 avril 2010) :

  http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022081927&dateTexte


Congrès sur le Patrimoine Industriel de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

Congrès sur le Patrimoine Industriel de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

Le Congrès sur le Patrimoine Industriel se tiendra en mai prochain à Terrassa, avec un séminaire de deux jours pour débattre de l’interprétation du patrimoine industriel de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée et des nouveaux projets quant à la promotion du tourisme industriel.

Flyer_Tur_Ind Cliquez pour agrandir l'image ; vous pouvez également la télécharger en pdf 

Le Centre de Documentation du Patrimoine Régional est ouvert à tous, les mercredis 9h-12h30 / 14h-17h30. Bâtiment Le Belem - 355 rue Vendémiaire - 34000 Montpellier.
Vérène Charbonnier

Service Patrimoine Régional
Direction de la Culture et du Patrimoine
Région Languedoc-Roussillon - Hôtel de Région
201, av. de la Pompignane - 34064 Montpellier cedex 2
tel : 04 67 22 97 15 - fax : 04 67 22 90 98

Visitez le nouveau portail culturel de la Région : www.laregion-culture.fr/


 

Lire la suite : Congrès sur le Patrimoine Industriel de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

Site de la société archéologique française d'études des mines et de la métallurgie

Site de la société archéologique française d'études des mines et de la métallurgie : SAFEMM http://www.safemm.com/

Profitez-en pour voir  le site de lHMS : 

The Historical Metallurgy Society is a dynamic and exciting international forum for exchange of information and research in historical metallurgy. For over forty years we have covered all aspects of the history of metals and associated materials from prehistory to the present. Our members' interests range from processes and production through technology and economics to archaeology and conservation.

http://www.hist-met.org/

Pour les anglophones, une newsletter paraît régulièrement...


Reconversion à Rouen : l'auberge de jeunesse dans la teinturerie Auvray

Reconversion à Rouen : l'auberge de jeunesse dans la teinturerie Auvray

 

 arton498-f98bd.jpg

Deux ans et demi après le lancement du chantier de l'Auberge de Jeunesse par la municipalité de Pierre Albertini, le 10 novembre 2007, celle-ci va être officiellement inaugurée le vendredi  12 mars à 11h00.

source : http://rouenperspectives.hautetfort.com/archive/2010/03/10/rouen-inaugure-son-auberge-de-jeunesse.html

A deux jours du premier tour des élections régionales, nous tenons à rappeler la paternité de ce projet, que la municipalité de Pierre Albertini avait lancé et démarré pour répondre à deux ambitions :

- D'une part, compléter l'offre touristique à destination d'une clientèle spécifique. Un public jeune, familial à faibles ressources pourra ainsi être accueilli dans ce nouvel équipement. Des tarifs modiques y seront pratiqués : 19 euros par nuit petit déjeuner inclus. Le développement de ce tourisme social est complété par la possibilité de recevoir des groupes lors de compétitions sportives ou de manifestations culturelles. Avec ce nouvel équipement, Rouen renforce ainsi sa position de ville d'accueil touristique internationale au sein d'une région pauvre en auberges de jeunesse.

- D'autre part, il contribue à valoriser l'un des plus anciens sites du patrimoine industriel de l'agglomération rouennaise, qui date de 1780, et rappelle son riche passé textile. Quatorze ans après la fermeture de la précédente auberge par le Maire d'alors, Yvon Robert, Rouen offre au public, grâce à l'action de l'équipe municipale précédente, un nouvel espace d'accueil et d'hébergement. Située dans les anciens bâtiments de la teinturerie Auvray, 247 route de Darnétal, en bordure du Robec,  l'auberge rouennaise, classée 4 sapins, sera ouverte 24h/24 et cela tout au long de l'année. Accessible en TEOR depuis le centre-ville, et disposant d'une station cyclic, cet espace offre une capacité de couchage d'une centaine de lits, et est géré par la fédération unie des auberges de jeunesse.


Recensé : François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle,

Les machines en procès

Recensé : François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection Carnot, 2009, 369 p.

 Les violences ouvrières contre les machines sont-elles la manifestation archaïque d’un refus de la modernité ? À rebours d’une histoire mythologique du progrès industriel, François Jarrige montre de manière convaincante que ces émeutes ont permis l’affirmation d’une culture du travail et d’un idéal d’autonomie menacé par l’essor du machinisme.

Le livre de François Jarrige se situe à la croisée des courants de recherche qui ont contribué, ces dernières années, à redessiner l’histoire de la première révolution industrielle. D’une part, la notion de « révolution industrielle » est devenue en soi un objet d’histoire dont on identifie bien maintenant les motifs de la construction, essentiellement politiques, entre dénonciation des méfaits de l’industrie (la vision catastrophiste développée à la suite d’Arnold Toynbee, comme l’a montré David Cannadine) et glorification du machinisme ¬(le discours libéral et radical, que Gareth Stedman Jones a mis en lumière et dont Christine MacLeod a récemment montré le rôle dans le culte de l’inventeur héroïque, dès les années 1820 en Angleterre) [1]. L’intérêt renouvelé pour le luddisme, auquel participe l’étude de François Jarrige, inscrit l’histoire de l’invention technique dans l’histoire politique de la « révolution industrielle » [2]. C’est aussi dans cette logique que l’auteur a contribué à la diffusion du travail de Gareth Stedman Jones en France.

lire la suite du papier de Liliane Pérez sur le site de la Vie des Idées : http://www.laviedesidees.fr/Le-proces-des-machines.html

[08-04-2010]