Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Actualité

Controverse à Roubaix : l'antenne sur la cheminée Cavrois-Mahieu

L’antenne de la discorde au sommet de l’usine Cavrois-Mahieu à Roubaix

Lire et voir : .fr/region/l-antenne-de-la-discorde-au-sommet-de-l-usine-ia24b58797n2155967

PUBLIÉ LE 22/05/2014 PAR MAXIME MASCOLI - PHOTOS HUBERT VAN MAELE

Un vilain pied de nez. Juste en face du Non-Lieu, salle d’exposition dirigée par Olivier Muzellec qui milite pour la préservation des cheminées, une antenne vient de pousser à l’usine Cavrois-Mahieu. L’adjoint à la culture, qui reconnaît une certaine gêne, ne se dit pas contre une sanctuarisation d’une partie de ce patrimoine industriel.

Lire la suite : Controverse à Roubaix : l'antenne sur la cheminée Cavrois-Mahieu

Troyes : reconversion des usines textiles

De la maille aux logements, la nouvelle vie des usines (Troyes)

source : http://www.lest-eclair.fr/troyes/de-la-maille-aux-logements-la-nouvelle-vie-des-usines-ia0b0n229437

Une résidence étudiante à la place de l’usine Jacquot, tout près de l’ESC, rue de Beauregard, des dizaines de logements collectifs qui remplacent l’usine Vachette rue de la Paix, des lofts à la place de l’usine Héliot rue Rothier à Troyes… Les mutations des anciennes manufactures se suivent et ne se ressemblent pas dans la cité tricasse et dans sa proche périphérie. Si cette transformation du patrimoine industriel ne date pas d’hier, elle s’intensifie et pose aujourd’hui des questions au niveau architectural et urbanistique.

Les années 1980 ont sonné le glas des bastions de l’industrie textile. Après leur fermeture, elles ont échappé à la démolition. Une survie qui tient à un dispositif : la zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP). À Troyes, six quartiers font partie de ce périmètre de sauvegarde (Rothier-Courtalon, Brossolette-Jules Guesde, Bas Trévois-Moulin de la Rave, Danton-1er Mai, Paix-Cottet et Ribot-Louis Maison). Parmi ces périmètres, celui des rues Rothier, Courtalon et Bégand, à cheval entre Troyes et Sainte-Savine, présente un caractère plus abouti.

Rue Rothier, le bailleur social Mon Logis achève en ce moment la reconversion de l’ancienne usine Héliot. Quinze lofts modernes en duplex, alignés sur trois rangées et ouverts chacun par une grande baie vitrée, qui donne sur une cour intérieure commune aux futurs résidents. Les surfaces oscillent entre 75 et 120 m2. Aucun loft ne se ressemble, mais tous partagent les charpentes d’origine. « Il y a la toiture en acier dans une travée et en bois dans une autre. On a voulu respecter l’alternance des matériaux. Cela reflète différentes époques. On essaye de créer de la clarté et de la luminosité », explique Gérald Delong, responsable de l’opération. À deux pas de là, la rue Bégand achève sa mue. Un vaste chantier datant de plusieurs années et opéré par Aube Immobilier, spécialiste dans le domaine des reconversions d’usine à Troyes, va voir une première tranche livrée en fin d’année. Trente-cinq logements, donnant sur la rue Bégand, sont en cours d’achèvement. Nous sommes dans l’ancienne usine Mauchauffée, où des centaines de salariés travaillaient autrefois.

Un vaste chantier rue Bégand

Ici, pas de lofts, mais des logements traditionnels qui présentent une taille plus importante que dans un habitat classique. « Il y aura 30 % de surface en plus par rapport à la surface traditionnelle », explique l’architecte Gaëtan Defrance. Le programme, qui prévoit en tout 60 logements, transforme considérablement le site. Le vaste entrepôt a été détruit pour y installer un grand jardin à la place. Au sous-sol, deux parkings seront à disposition des résidents. La cheminée, haute d’une trentaine de mètres, servira à ventiler ces garages collectifs.

Ce travail impressionnant de gros œuvre est à l’image des enjeux. « C’est notre projet le plus important », avoue Alain Zonca, d’Aube Immobilier. Qu’est-ce qui est le plus difficile dans ce type de chantier ? « La composition des logements et le respect de la volumétrie », répond Gaëtan Defrance. « C’est un chantier plus exigeant, car il faut tenir compte de l’ancienne configuration des lieux », concède Gérald Delong, responsable de l’opération des lofts rue Rothier. Mis en location, ces logements ciblent une clientèle diverse, des jeunes actifs rue Rothier, accessibles au logement social rue Bégand. Les loyers moyens commencent à partir de 7,5 euros le m2 pour le premier cas et 5,5 euros le m2 dans le deuxième. Les bailleurs espèrent voir rapidement ces logements occupés.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier dans notre édition du mardi 20 mai.


Normandie - le moulin de Navarre à Evreux

Les êtres de mon moulin

Initiative. Depuis 2011, une poignée de passionnés se mobilisent pour sauvegarder et réhabiliter l’un des derniers vestiges du patrimoine industriel ébroïcien : le moulin de Navarre. Rencontre avec ces doux dingues.

1/10
L’association des Amis du patrimoine d’Évreux a été créée en 2013. Reconnue d’utilité publique, elle peut percevoir des dons qui ouvrent droit à un crédit d’impôt

Derrière ces grands murs de briques rouges se cache sans doute l’un des joyaux du patrimoine d’Évreux. Le moulin de Navarre, situé à proximité du Nouvel hôpital de Navarre (ex-Centre hospitalier spécialisé), le long de la route de Conches, témoigne encore du passé industriel de la capitale euroise. Longtemps laissé à l’abandon, ce trésor - propriété de la mairie d’Évreux depuis 1988 - retrouve lentement une nouvelle jeunesse.Une poignée de passionnés, réunis depuis 2013 sous la bannière des Amis du patrimoine d’Évreux, ont décidé de restaurer ce site emblématique de la révolution industrielle. « L’aventure a commencé en 2010 lors des conseils de quartier, raconte Cyrille Maciopinto, secrétaire de l’association. Des habitants du quartier ont exprimé leur souhait de voir renaître le moulin. »

UN SUPPORT À DES ANIMATIONS

L’engouement ne s’est pas fait attendre. Quelques mois plus tard, les premiers férus d’histoire et de vieilles pierres ont mis la main à la pâte pour défricher les lieux. Aujourd’hui, ils sont une vingtaine à donner de leur temps et surtout de leurs deniers personnels pour accomplir ce devoir ce mémoire. Samedi dernier, les bénévoles se sont retrouvés pour remonter le régulateur de Watt, qui permet de régler la vitesse du moulin, nettoyer tous les étages, démonter la génératrice et bâcher le pressoir.

Depuis plus de deux ans, les Amis du patrimoine d’Évreux ont remis en état les vannes ainsi que la passerelle qui permet de traverser le Gord et de rejoindre les deux tours abritant les béliers hydrauliques. Ce système mécanique, inventé par les frères Montgolfier, constitue la particularité du moulin ébroïcien. Il permettait, sans électricité, de puiser l’eau de l’Iton et de l’envoyer à 600 m de là, à 34 m d’altitude, pour les besoins de l’asile (nettoyage des sols, des malades...).

« Lorsque le Département de l’Eure a racheté le site en 1860 pour y construire un asile, il n’y avait ni eau ni électricité ici, raconte Olivier Bourhis, le président. Il a fallu transformer l’endroit en unité de production pour satisfaire les besoins de l’établissement. » Le site était constitué d’un moulin pour la fabrication de farines pour les hommes et les animaux, d’une ferme, de jardins potagers, d’une pisciculture, d’un four à pain pour la production de pains et brioches et d’une brasserie de pommes pour la réalisation d’une boisson légèrement alcoolisée. « Il n’y avait pas d’eau potable à l’époque. Les gens buvaient du vin ou du cidre, d’où des problèmes d’alcoolisme en plus de l’aliénation », rappelle Olivier Bourhis.

C’est tout cela que l’association essaie de « maintenir en état. Nous avons imaginé un projet de réhabilitation sur quinze ans avec, chaque année, un chantier de restauration qui servirait de support à des animations. Nous trouvons dommage d’avoir un tel lieu historique qui n’est pas davantage ouvert à la visite, lui offrant ainsi une nouvelle vie. »

Comme l’an dernier, le moulin sera ouvert lors des Journées du patrimoine les 20 et 21 septembre. En 2013, près de 2 000 personnes sont venues découvrir le moulin de Navarre.

C.R.

 

Sourcr : /articles/584009/region/les-etres-de-mon-moulin#.U34SPl7KPMs

INFOS PRATIQUES

Renseignements par courriel :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. L’association, reconnue d’utilité publique, peut
percevoir des dons. Les adresser
à Les Amis du patrimoine d’Évreux,
2, rue Franklin-Roosevelt, 27000 Évreux.

Sur Internet : www.facebook.com/
lesamisdupatrimoinedevreux


Souscription pour la grue Cockerill de Montluçon

GRUE COCKERILL GD581 ET SES DEUX WAGONS A MONTLUÇON

03100 Montlucon

 
 

PRÉSENTATION DU PROJET

 

DESCRIPTIF

Cette grue fait partie d’un ensemble de quatre exemplaires, qui furent construites en 1945 par les établissements COCKERILL à Seraing en Belgique.
A l’origine, les grues Cockerill de 85 tonnes fonctionnaient à la vapeur. Elles furent immatriculées GV comme grue à vapeur, à partir de 1970 la chaudière vapeur est remplacée par un moteur diesel permettant alors d’alimenter des moteurs électriques pour le treuil et les mouvements de translation. Elles furent alors immatriculées GD comme grue diesel.

En 2007, il restait deux grues Cockerill en service, la GD 581 affectée à Dijon, et la GD 582 affectée à Toulouse. Initialement prévue pour être préservée, la grue de Toulouse, a finalement été dirigée vers Culoz pour démolition, alors que la grue de Dijon était transférée à Mulhouse en vue de sa préservation. Repeinte peu de temps avant sa radiation, elle était complète et en état de marche. Après un stationnement de courte durée dans l’enceinte de la Cité du Train et par manque de place son transfert vers le site de Mulhouse Nord est effectué peu de temps après, site ou elle est toujours stationnée à ce jour avec ses deux wagons d’accompagnement. Elle y subit progressivement les premiers envahissements de la végétation et a déjà été victime d’actes de vandalisme.

VOCATION DU SITE

Aujourd’hui, les bénévoles réunis au sein de l’Amicale des Anciens et Amis de la Traction à Vapeur section de Montluçon/Auvergne (AAATV-Mo) se sont fixés comme objectif la sauvegarde de cet ensemble grue et wagons d’accompagnement, classés « Collection du Patrimoine-SNCF – Cité du Train AMFCF-Mulhouse » et qui sont mis à disposition de l’association, puis de son transfert vers le site de l’ancien dépôt SNCF à Montluçon, site aujourd’hui inscrit aux monuments historiques.

En soutenant l'association, vous permettrez que cette grue unique et mythique,popularisée par le modèle réduit Jouef qui a fait rêver des générations de modélistes et qui reste un élément incontournable du paysage ferroviaire Français, puisse être sauvegardée et présentée au public avec à terme des démonstrations de levage, lors de nos différentes manifestations et notamment dans le cadre du Festirail de Montluçon qui est devenu au cours de ces dernières années, le rendez vous des amateurs de chemin de fer et du patrimoine industriel Français.

NATURE DES TRAVAUX

L’association AAATV-Mo se doit de réaliser des travaux importants sur les organes de roulement, condition incontournable à sa préservation et à son transport.

 

Invitation : Et l’usine créa la ville… Champagne-sur-Seine

Sans doute plusieurs d’entre vous se souviennent-ils de la place accordée, durant les trois années du séminaire « L’industrie, patrimoine et culture » (Université Paris I - Equipe d’Histoire des Techniques, Région Île-de-France), à la relation histoire-mémoire-patrimoine.

Nous avions alors longuement présenté l’exemple de Champagne-sur-Seine, objet d’une importante étude conduite par la Région Île-de-France (service Patrimoines et Inventaire) et le Département de Seine-et-Marne, avec le soutien de la ville de Champagne-sur-Seine.

Au terme du parcours, nous vous invitons à venir découvrir, au cinéma Etoile Pagode, le film documentaire original inspiré de cette enquête (carton d’invitation en pièce jointe) :

Et l’usine créa la ville… Champagne-sur-Seine

(56 mn)

produit par la Région Île-de-France, réalisé par Aloest Productions

Cinéma Etoile Pagode

57 bis rue de Babylone, 75007 Paris

mardi 3 juin 2014 à 18h00

Un débat en présence des témoins et des producteurs suivra la projection

Sur inscription, dans la limite des places disponibles :

RSVP – Merci beaucoup de nous signaler votre présence :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 01.53.85.59.93

http://e-lien.iledefrance.fr/typo3temp/pics/efe043151c.jpg

Lire la suite : Invitation : Et l’usine créa la ville… Champagne-sur-Seine