Please select your page

Rechercher dans le site


Derniers articles mis en ligne


Balises et mots clés


Etre rédacteur sur ce site

  or   Créer un compte

Mot de passe oublié ? |  Identifiant oublié ?


Actualité

Editorial : Vers une culture du patrimoine industriel

Editorial - n° 63 AIF

Vers une culture du patrimoine industriel

par Gracia Dorel-Ferré, présidente du Cilac

Le contenu de ce numéro amorce un changement plus décisif qu’il n’y paraît.
Pour la première fois depuis longtemps, une place importante est accordée au patrimoine étranger : la Norvège, la Croatie, Taiwan... trois articles qui offrent une véritable analyse de patrimoine industriel. Ce n’est pas fortuit : à la veille de la grande rencontre trisannuelle de TICCIH, qui se tiendra en 2015 à Lille et dans sa région, le CILAC opte résolument pour un élargissement de son territoire de recherche et pour un approfondissement de ses concepts.

Née d’un groupe d’universitaires et de chercheurs, la revue du CILAC a donné l’image d’une société savante, jusqu’à ce que sa prise en main par Bernard André, ne donne un large écho au travail des Directions régionales des affaires culturelles (DRAC), des Services régionaux d’inventaire au sein des régions et des associations locales. Un travail en profondeur a été effectué, qui a donné une image aussi complète que possible des ressources du patrimoine industriel en France. Le repérage des sites, la description des vestiges, les analyses des mises en valeur et des reconversions nous ont largement occupés. Les sorties annuelles du CILAC ont contribué à élargir notre connaissance sensible des lieux.

Cependant, le patrimoine industriel ne s’arrête pas aux frontières, et les concepts ne se construisent que dans la comparaison et la typologie. Il nous faut maintenant aborder une troisième étape, celle qui, grâce à une ouverture sur l’Europe et sur le monde, devrait nous permettre de hisser notre objet d’étude au rang de discipline reconnue.

Nous en sommes encore loin. Ceux qui enseignent le patrimoine industriel dans les universités – puisque l’enseignement primaire et secondaire, après de timides ouvertures, semble nous tourner le dos – savent combien il est difficile, dans le peu de temps imparti, d’aller au-delà d’un inventaire de ressources. Contrairement aux autres disciplines qui ont pignon sur rue, nous n’avons pas de manuel à notre disposition, c’est-à-dire que nous ne disposons pas d’un corpus de base sur lequel l’accord est fait et qui constitue, malgré les variantes, la base commune d’un enseignement.

C’est pourquoi il nous faut avancer et convaincre. Avancer, car notre travail n’est pas achevé, tant s’en faut, et le patrimoine industriel reste enseigné dans trop peu d’universités pour que nous en soyons satisfaits, et encore moins en formation continue ; convaincre, car si nous rencontrons tant de difficultés à nous faire entendre, c’est peut-être que nous ne parlons pas suffisamment clair pour que les enseignants, notre relai naturel, nous entendent. Pour que les collectivités locales, en charge des sites convertis ou à reconvertir, nous distinguent. Notre revue devra se faire l’écho des réussites en la matière, en développant une bourse aux idées, en fournissant des sujets d’étude, des formes d’exploitation de sujets, des formes de synthèse. Déjà, le concours CILAC / Jeune Chercheur, initié par Florence Hachez-Leroy, est dans cette voie. Nous devons nous y engager encore plus fermement.

Nous devons accompagner également les efforts de médiation en n’hésitant pas à valoriser, dans le cadre de notre revue, ceux des musées de site et des musées thématiques qui font le travail le plus intéressant dans la restitution des lieux, des systèmes et des savoir-faire. Le domaine est ici immense, et là aussi, les réalisations à l’étranger doivent servir de support à notre réflexion. L’excellent numéro sur les musées de l’industrie ne doit pas rester une exception.

L’approche du colloque de TICCIH 2015 nous offre une excellente opportunité : celle de faire un retour sur nous-mêmes et nous projeter vers l’avant, vers l’appropriation d’une culture du patrimoine industriel renouvelée. 

 


Le numéro 63 de la revue AIF est paru...

Parution du numéro 63 daté de décembre 2013 : eh oui, tout arrive ! 

couv AIF_63_2013 En voici la couverture : cliquez sur la vignette pour l'agrandir.

Rendez-vous (bientôt) dans notre boutique en ligne pour acheter cette revue (ou mieux, vous abonner si ce n'est déjà fait !).

 


La Camif organise un concours photo Instagram pour le patrimoine industriel

Concours Instagram : valorisez le patrimoine industriel de votre région !

30 mai 2014 by Etienne de Camif

Jusqu’au 19 juin, à l’occasion de la toute première édition du tour du Made in France Camif,  la Camif et igersFrance font appel à votre créativité pour mettre en valeur les richesses du patrimoine industriel de la France. Participez à notre concours photo  en publiant sur Instagram votre plus belle photo originale et tentez de gagner une Natura Box « week-end insolite » et un lot de 2 chaises Bistro de Fermob !

Fotolia-usine1

Instagram, qu’est-ce que c’est ?

Instagram est une application gratuite, disponible sous iOS et Androïd, qui permet  de prendre des photos avec votre téléphone mobile pour  ensuite les partager en ligne. Surtout, Instagram  offre la possibilité de retoucher vos clichés. En choisissant parmi l’un des 17 filtres proposés,  vous pouvez transformer vos photos en jouant avec la saturation des couleurs, les contrastes ou encore la luminosité,  pour en faire de véritables œuvres picturales.

Au delà du réseau social conscré à la photo, Instagram est une vrai communauté de passionnés, présente en France et dans le monde entier. Un réseau « amical » car des rencontres « les instameet » se mettent en place dans les villes de France pour partager cette passion de la photo « dans le monde réel »

Fotolia-usine2

Témoignez des  richesses du patrimoine industriel français !

Pour participer à notre concours photo, rien de plus simple.

1 – Connectez-vous à l’application Instagram. Si vous n’avez pas encore Instagram télécharger l’application ici : http://instagram.com/

2 – Photographiez  une usine, ancienne ou toujours en activité, ou encore un vieux moulin ou toutes autres traces d’une activité industrielle qu’elles soient présentes ou passées.

3 – Appliquez un filtre, si vous le souhaitez !

4 – Publiez votre photo, identifier le compte @Camif_fr et n’oubliez surtout pas de mentionner dans la légende les hashtags #tourMIFCamif et #MadeinFranceainsi que le numéro du département dans lequel votre cliché a été capturé !

A vos appareils et smartphones ! Faites-nous partager vos clichés et tentez de gagner une Natura Box « week-end insolite » ainsi qu’un lot de 2 chaises Bistro Fermob !

 


Séminaire de recherche : Le patrimoine scientifique et technique contemporain et les entreprises

Séminaire de recherche « Patrimoine contemporain : Science, Technique, Culture & Société »

Séance du mardi 24 juin 2014 : 13h30 – 17h30

« Le patrimoine scientifique et technique contemporain et les entreprises »

Salle des conférences – entrée par le 292, rue Saint Martin – 75003 Paris (métro Réaumur-Sébastopol)

> Ouverture du séminaire par Serge Chambaud, directeur du Musée des arts et métiers, Cnam-Paris

> Éric Robert, historien, directeur, Dire L’Entreprise éditions :

« Regard patrimonial sur l’histoire du développement scientifique grenoblois »

> Marie Wurry, responsable des Collections, et Florence Lesché, responsable des Archives Historiques et Contemporaines, Direction du patrimoine LVM :

«La question du patrimoine au sein d’une entreprise du Luxe Louis Vuitton Malletier »

Pause

> Clémence Ducroix, secrétaire général, French Lines ;

«L’Association French Lines ou un patrimoine d’entreprise peut-il survivre sans l’entreprise fondatrice ? »

> Camille Bourdon-Ballard, manager senior, Communication interne Groupe et Gaëlle Rimelen, responsable Communication externe et valorisation du patrimoine, Essilor International

« Essilor, l’histoire et son patrimoine : Axes de communication institutionnelle en 2014/2015 »

Animation de la séance 

Marie Cornu et Claude Welty 

Catherine Cuenca Véronique Rothenbühler

Tél : 06 77 71 87 52 Tél : 02 51 85 74 70

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Exposition : Montres et Cie Horlogers normands au XVIIe siècle

Musée de l’horlogerie - Saint-Nicolas d’Aliermont

Montres et Cie - Horlogers normands au XVIIe siècle

Du 28 juin au 31 décembre 2014, le musée de l’horlogerie de Saint-Nicolas d’Aliermont accueillera une remarquable exposition retraçant l’histoire des dynasties horlogères rouennaises du XVIIe siècle. Pour la première fois, des pièces horlogères signées par différents membres des familles Hubert, Gloria ou Martinot seront rassemblées. L’exposition est une occasion unique de découvrir le savoir-faire d’un corps de métier emblématique de la Haute-Normandie.

ecran 2014-05-27_à_13.26.22

Montres, pendules, mouvements en or ou en argent… l’exposition « Montres et Cie » présente des pièces horlogères d’exception dispersées dans les collections nationales et internationales, mais aussi de très rares mécanismes de la fin du XVIIe siècle réalisés sur le plateau de l’Aliermont. À travers différentes séquences, l’exposition permettra de révéler l’histoire de ces familles d’horlogers, leur implantation dans la région, mais aussi leurs rapports avec les autres corporations comme les orfèvres ou les peintres sur émail. L'exposition met également en avant l’histoire du protestantisme français et sa persécution par la monarchie absolue, entrainant le départ de nombreux horlogers de la région et ainsi la diffusion de leur savoir-faire à travers l’Europe.

Dans le cadre de l’exposition « Montres et Cie », le musée de l’horlogerie de Saint-Nicolas d’Aliermont a tissé des liens étroits avec plusieurs musées en France et à l’étranger qui n’ont pas hésité à prêter leurs plus belles oeuvres et photographies pour participer à la création d’un événement d’envergure.

  • Vernissage de l'exposition vendredi 27 juin à 18h.

  • Visites guidées tous les mardis et jeudis après-midi à 15 h, en juillet et août.

  • Atelier « Une famille d’horlogers rouennais : les HUBERT » proposé pour les 6-12 ans le 6 août de 14h30 à 17h30 (sur inscription).

Lire la suite : Exposition : Montres et Cie Horlogers normands au XVIIe siècle